Protection du patrimoine : à Prague, des étudiants protestent contre la vente d'une église

studenti_kostel2.jpg

Environ quatre-vingts personnes ont manifesté, mercredi, dans le centre historique de Prague contre la vente de l'église de l'archange Saint Michel. Les organisateurs, étudiants en histoire de l'art, reprochent à l'Etat d'avoir cédé, par l'intermédiaire de la Bibliothèque nationale, cet édifice gothique du XIVe siècle situé en plein coeur de la Vieille Ville pour seulement 1,5 million d'euros au locataire initial des lieux. Co-initiatrice de la démonstration, Liza Machoninova a expliqué plus en détail au micro de Radio Prague les raisons de cette initiative visant à la protection du patrimoine dans une zone classée sur la liste de l'UNESCO :

« C'est une affaire qui est ouverte depuis 1989. Cette église a été louée à un groupe qui a fait des choses en contradiction totale avec le lieu où tout cela se passe : des stripteases et autres fêtes techno y ont notamment été organisés. Nous sommes donc contre tout cela. Ce qui est triste, c'est que depuis plusieurs années, des historiens de l'art, des historiens et d'autres personnes bien informées sur le sujet et qui comprennent bien la chose ont déjà écrit des dizaines de lettres au gouvernement et rien ne se passe. Tout cela s'est fini l'année dernière avec la vente de l'église. Il faut également préciser que l'église n'est plus utilisée en tant que telle depuis le XVIIIe siècle, mais elle appartenait à l'Etat tchèque. Et le directeur de la Bibliothèque nationale l'a vendue l'année dernière à ce groupe controversé. Pourtant, nous essayons encore de dire : « Nous, les étudiants, nous sommes contre ! », et nous voulons que ce dossier et cette affaire soient rouverts. »

-Pourquoi cette cause vous tient-elle tellement à coeur ?

Photo: CTK
« Personnellement, je suis étudiante en histoire de l'art à la faculté des lettres de l'Université Charles et mon collègue également à la faculté de théologie. Or, depuis le début de nos études, on nous dit comment il faut s'occuper des monuments historiques. Là, nous avons vraiment peur qu'avant que nous finissions nos études, il n'y ait plus de monuments parce qu'ils seront tous vendus ou entretenus par des incompétents ou des personnes qui ne sont pas fiables. En tant que futurs historiens de l'art, c'est quelque chose qui nous préoccupe dès aujourd'hui. »

-Existe-t-il d'autres dossiers semblables à celui-ci à Prague ?

« Oui. J'en suis sûre et certaine. A mon avis, il suffit de bien regarder tout ce qui passe dans le coeur-même de Prague. Cela nous rend très tristes. On voit souvent que l'entretien des monuments historiques n'est pas tel qu'il devrait l'être, et malheureusement cela s'accompagne souvent de la signature de notre gouvernement ou de personnes qui devraient s'en occuper. »

-La comparaison est exagérée, mais quand même : peut-on comparer votre démarche au passage de la Bible dans lequel Jésus chasse les vendeurs du temple ?

« (elle réfléchit) Oui, je crois que c'est possible, même si... (elle éclate de rire) c'est quand même une sacrée exagération ! (elle reprend son sérieux) Mais oui, pourquoi pas... Vous avez bien choisi la comparaison (elle rit de nouveau). »