Rencontre avec Hervé et Frédérique Brien

r_2100x1400_radio_praha.png

« J'ai commencé à vous écouter il y a cinq, six ans, par l'intermédiaire de Philippe Marsan, l'infatigable ambassadeur de Radio Prague ! » Bienvenue à l'écoute, chers auditeurs ! Une fois n'est pas coutume : c'est Hervé Brien de Talence son épouse Frédérique qui vous tiendront compagnie aujourd'hui. Cette semaine, nos auditeurs étaient en vacances à Prague. Nous en avons profité pour les interroger, entre autres, à propos de l'écoute radiophonique. Mais avant de les entendre, jetons quand même un coup d'oeil sur le courrier de cette semaine.

Il n'est pas évident de trouver du temps libre pour écrire à la radio, on le sait bien. Rassurez-vous : nous non plus, journalistes, ne sommes pas des auditeurs disciplinés, de ce point de vue... Paul Jamet d'Argenteuil nous a écrit :

« J'ai cinq rapports d'écoute en stock, mais je manque réellement de temps pour tout faire. Aussi, je privilégie l'écoute, je stocke les rapports et j'écris quand je trouve un moment. Peut-être que les auditeurs regroupent leurs rapports et attendent les fêtes pour les joindre à leur carte de Noël ou de voeux. »

Vous évoquez aussi, M. Jamet, un autre aspect de la passion du radioamateur :

« La poste a encore augmenté ses tarifs en France ! (...) Personnellement, je dépense quelque 100euros par an pour écrire aux stations OC ! », constatez-vous. Merci donc pour cet effort... Mais je crains que Hervé Brien, par exemple, ne partage pas vos soucis. Vous comprendrez dans quelques minutes...

Je laisse alors la parole à nos invités Hervé et Frédérique Brien. Hervé est un auditeur fidèle de RP. En fait, nous sommes la seule radio internationale qu'il écoute !

H.: « Ça prend du temps ! Comme j'ai beaucoup d'activités, je n'ai pris que Radio Prague. Mais le 'que' n'est pas péjoratif ! (rires) J'écoute Radio Prague, voilà. Suivre des informations sur votre pays est intéressant, car il y a des choses qui se ressemblent. La rubrique économique... Et puis les sports ! Nous sommes des passionnés d'opéra, mais également de football. »

F. : « Et nous sommes abonnés au club des Girondins de Bordeaux où joue Vladimir Smicer ! » Peut-on dire que vous avez découvert la République tchèque par le biais de Radio Prague ?

H. : « Tout à fait. C'est un bon vecteur touristique. Etant radioamateur, j'ai contacté à l'époque des stations de Tchécoslovaquie. Honnêtement, je n'ai jamais pensé venir à Prague ! Ça c'est fait par hasard, ça s'est fait par Mozart et c'est bien. »

Quel avenir, selon vous, pour les ondes courtes ?

H. : « J'ai peur, comme tout le monde. Vous représentez lien pour les Tchèques à l'étranger. Ensuite, vos émissions sont intéressantes pour les gens qui veulent en savoir plus sur la République tchèque. Mais aujourd'hui, avec tous les moyens modernes que nous avons, avec l'Internet et la radio numérique... Pour moi, la radio numérique est trop parfaite, avec elle, tout le charme de la radio sera perdu par. Il me manque les bruits de fond, le fading, les crachotis, tout ce que vous voulez.»

Collectionnez-vous des postes anciens ?

H. : « Oui, j'en ai une trentaine. Je collectionne plus spécifiquement des postes à galène, donc les tout premiers. Le plus ancien que j'ai date de 1928. C'est le premier Philips d'alimentation électrique. Je ne vous écoute pas sur ces postes puisqu'ils n'ont pas les ondes courtes, mais j'ai reconstitué un poste ancien pour vous écouter le jour du 70e anniversaire de Radio Prague. Il y avait deux lampes alimentées en 6 volts, un casque...C'était fabuleux. »

Que faites-vous dans la vie ?

F. : «Nous travaillons tous les deux à la Poste française. Hervé est à la direction des colis, moi, je travaille à la Banque postale. »

H. : « Je suis un très mauvais postier, parce que j'écris par couriel à Radio Prague... Mais la prochaine fois, j'essayerai de vous envoyer des lettres. En plus, ça fonctionne très bien. Les cartes QSL que je reçois mettaient 24 heures, donc dans l'autre sens, ça doit être pareil. Vous avez également de très beaux timbres et une belle Poste centrale de Prague. Je l'ai prise en photo, malgré l'interdiction... » Merci à Hervé et Frédérique Brien de nous avoir rendu visite (et de nous avoir fait goûter d'excellents Bouchons de Bordeaux, une friandise de la région, ainsi qu'un très bon Loupiac). Merci à Anne-Gaël Richard, Philippe Marsan (évidemment !), Jacques Augustin, Roger. R. Roussel, René et Louisette Pigeard et à bien d'autres auditeurs encore de nous avoir écrit. Je laisse à Guillaume Narguet le soin de répondre à vos questions, dans le prochain Courrier des auditeurs. Ce sera juste avant les fêtes de Noël, le 23 décembre. Je vous envoie, à vous tous, une dernière chanson de notre programme...