Scandales à la Garde du Château

La Garde du Château, photo: CTK

La Garde du Château vient d'être secouée, ces derniers temps, par plusieurs affaires scandaleuses. Alain Slivinsky vous présente les détails et les réactions.

La Garde du Château, photo: CTK
La Garde du Château... Une unité prestigieuse qui a toujours représenté le fleuron de l'Armée tchèque. Est-ce un hasard ? Depuis 1999, quand le Parlement a décidé d'en faire une unité indépendante de l'armée pour la placer sous le contrôle du Bureau militaire du président de la République et le commandement du chef de l'Etat, plusieurs scandales ont fait leur apparition. Récemment, le quotidien national, Mlada fronta Dnes, révélait que l'ancien commandant de la Garde du Château, Jaroslav Indruch, avait été membre des services secrets de l'armée, sous le communisme, avant 1989. Ces services collaboraient, étroitement, avec la StB, la police secrète du régime totalitaire. Comment est-il entré en possession d'un document officiel affirmant qu'il n'avait jamais été membre de ces services lui permettant, ainsi, de commander la Garde du Château, pendant onze ans ? Mystère... Le même quotidien vient de révéler qu'un autre membre de l'unité, Milan Liska, de l'état-major de la garde faisait partie des mêmes services secrets. Tous deux ont quitté l'unité en été dernier. Une autre affaire scandaleuse vient de faire surface : l'un des capitaines de la Garde du Château aurait infliger des outrages sexuels aux soldats. Si l'on se souvient, qu'il n'y a pas tellement longtemps, la Garde du Château avait fait l'objet d'une enquête pour des cas de bizutage dans ces rangs, la renommée de cette unité d'élite vient de prendre de sérieux coups. Le ministre de la Défense nationale, Jaroslav Tvrdik, a considéré qu'il était temps de réagir : la Garde du Château devrait revenir sous le contrôle de l'Armée tchèque. Deux arguments : cela coûterait moins cher et la discipline serait assurée. Cela va dans le sens de ce que voudrait l'opposition. Le député du Parti civique démocrate, Petr Necas, pressenti comme éventuel ministre de la Défense nationale, à l'avenir, a déjà demandé que la Garde du Château ne soit plus une unité spéciale. Ce service serait assuré par les soldats du contingent. Le député, qui est aussi le président de la Commission de défense et de sécurité de l'Etat, à la Chambre, affirme : « Il n'y a pas d'unité de ce genre, dans aucun pays démocratique. Elle est totalement isolée, ce qui conduit à de graves problèmes ». La réponse du porte-parole du président de la République, Ladislav Spacek : « Jusqu'à 1999, la Garde du Château faisait partie de l'Armée tchèque, le Parlement a décidé d'en faire une unité indépendante. A lui, donc, de changer sa décision ».