Un été dans le calme pour les baigneurs et pêcheurs tchèques

r_2100x1400_radio_praha.png

Un nouvel avis protégeant la qualité de vie sur le bord des plans d'eau a été adopté par le gouvernement tchèque. Pendant l'été, les machines à moteur seront interdites de navigation sur certains lacs protégés de Tchéquie. Guillaume Narguet vous en dit un peu plus.

Des milliers de Tchèques, petits et grands, pourront donc s'adonner en toute tranquillité à l'une de leurs activités estivales favorites, la farniente en maillot de bain. Dans un pays où l'absence de mer fait le désespoir d'une grande partie de la population et où les étés, du fait du climat continental, se révèlent souvent très chauds, ce sont généralement lacs, étangs et rivières qui apportent la fraîcheur et le dépaysement indispensables. Le gouvernement a décidé de satisfaire le peuple en décidant que scooters et engins en tout genre à moteur à combustion ne viendront pas gâcher, cet été, le tableau, ô combien poétique et pittoresque, des vacances populaires tchèques. Celles du père, chef de famille, bouteille de bière dans l'eau, surveillant, l'œil mi-clos, le bouchon de sa canne à pêche flottant à la surface lisse, pendant que la mère barbotte quelques rochers plus loin avec ses deux ou trois petites canailles.

Pourtant, au sein du gouvernement, le débat sur l'interdiction de navigation des navires à moteur sur certains plans d'eau, entre le 15 juin et le 15 septembre, n'aura pas été sans provoquer quelques vagues. Le ministre des Transports, Jaromir Schling, se montrait en effet opposé au projet d'interdiction totale de circulation des navires à moteur. Il proposait un compromis qui aurait permis, suite à un accord préalable avec les municipalités des communes, la pratique, entre autres, du ski nautique et du scooter. Finalement, c'est le projet de Milos Kuzvart, ministre de l'Environnement, qui a été approuvé par le gouvernement. A signaler qu'une loi interdisait, déjà, la navigation sur les plans sources d'eau potable ou qui servaient de bassins de pisciculture.

Pour les nostalgiques du célèbre film de Jiri Menzel, Un été capricieux, cette nouvelle sera donc accueillie avec un grand ouf de soulagement. Car qui oserait, aujourd'hui, imaginer la vedette de l'adaptation du roman de Vancura, Rudolf Hrusinsky, faisant trempette, certes le cigare toujours en bouche, mais avec derrière lui le passage bruyant d'un scooter? Par cette loi, le caractère enchanteur des contrées de Bohême et de Moravie est donc en partie sauf.