Une critique mitigée de l'opéra Joseph Merrick dit Elephant man

r_2100x1400_radio_praha.png

Le journal Lidove noviny revient encore sur la première mondiale de l'opéra français, Joseph Merrick dit Elephant man, à l'Opéra d'Etat de Prague. Nous avons parlé, déjà, de cette oeuvre du compositeur français, Laurent Petigirard, qui a remporté un grand succès, lors de sa création, le 7 février dernier. Le critique tchèque, Ivan Zacek, ne partage pas, cependant, l'enthousiasme du public de la première. D'une part, il reconnaît les qualités et l'habileté de la partition qui parvient, malgré son éclectisme, à mettre en relief les situations et les personnages de ce drame musical. D'autres part, il reproche à la mise en scène certaines platitudes dans la présentation du sort souvent cruel de Joseph Merrick, homme qui a vécu réellement en Angleterre, au 19ème siècle, et dont le corps était monstrueusement déformé par une maladie. Selon Ivan Zacek, le final de l'opéra glisse dangereusement vers le sentimentalisme et n'est qu'un faible reflet de la portée de ce destin tragique. Parmi les qualités indubitables du spectacle, le critique relève, cependant, les performances des chanteurs - les Français Philippe Do et Marie Devellereau, le Finlandais Petteri Falck et la Tchèque Jana Sykorova, dans le rôle difficile de Joseph Merrick.