Une visite de Jihlava et du musée de son originaire, Gustav Mahler

r_2100x1400_radio_praha.png

Aujourd'hui, je vous invite dans la ville de Jihlava qui vit à l'heure des échos des célébrations du 140e anniversaire de la naissance de Gustav Mahler, compositeur et chef d'orchestre mondialement connu.

La ville de Jihlava a rendu hommage, le 13 octobre, à son célèbre originaire, Gustav Mahler. Au théâtre de Jihlava, on a inauguré un monument rappelant le premier concert donné ici par le jeune Mahler en 1870. On a rouvert, après une reconstruction, la maison dans laquelle il a passé son enfance ainsi que sa maison natale, à Kaliste, aux environs étroits de Jihlava. Gustav Mahler y est né le 7 juillet 1860, comme le deuxième enfant du commerçant juif, Bernard Mahler. La famille, avec le nouveau-né, s'installe à Jihlava en octobre 1860. L'enfance de Gustav n'a pas été heureuse. Enfant sensible, il a beaucoup souffert des querelles de ses parents et de la mort de ses soeurs et frères. Le talent musical se manifeste chez lui très tôt: à l'âge de 4 ans déjà, il joue de l'accordéon et deux ans plus tard du piano. A l'âge de dix ans, il donne son premier concert public. A Jihlava, Gustav fréquente l'école primaire et le lycée allemand. En 1875, il part étudier au conservatoire de Vienne. Depuis, il ne retourne que sporadiquement dans sa ville natale, la dernière fois en 1889. Fixé à Vienne, il accepte pourtant, à plusieurs reprises, des offres de venir travailler dans des villes tchèques et moraves. Ainsi, en 1883, il dirige l'orchestre du théâtre municipal d'Olomouc. En 1885, il obtient, à Prague, le poste de chef d'orchestre du théâtre allemand. En 1888, il retourne encore à Prague mais pour un court séjour seulement. Après une carrière à Vienne et à Leipzig, il part, en 1907, à New York pour y diriger l'orchestre de Metropolitan Opera. En dépit de ses succès, Gustav Mahler ne s'est jamais entièrement adapté au milieu américain. Malade, il revient, en 1911, en Europe. Après être hospitalisé à Paris, il meurt à Vienne le 18 mai 1911. Gustav Mahler est souvent considéré comme compositeur autrichien. Par son origine, il restera un Tchèque et la ville de Jihlava fait tout pour entretenir le legs de son natif célèbre.

Des touristes du monde entier se rendent à Jihlava pour visiter la maison natale de Gustav Mahler. La ville de Jihlava est très fière de ce que c'est dans ses environs étroits, à Kaliste, qu'est né, en 1880, Gustav Mahler, futur grand compositeur, contemporain et ami de Richard Strauss ou de Gustav Klimt. La visite de la maison natale de Gustav Mahler à Kaliste fait partie d'un circuit touristique guidé d'une heure et demie environ, au cours duquel l'attention des visiteurs est orientée successivement sur les deux maisons dans lesquelles Mahler a vécu, et sur le bâtiment du lycée où il avait étudié.

La maison Renaissance restaurée, sur la place de Jihlava, abrite l'exposition nouvellement installée "Le jeune Gustav Mahler et Jihlava". Elle saisit l'influence du milieu local sur sa création musicale. Son apport principal réside dans le fait qu'elle s'occupe d'une étape peu connue de sa vie et que de nombreux objets y sont présentés pour la première fois au public.

L'exposition est divisée en plusieurs parties thématiques. Ainsi, la première nous familiarise avec les racines de la famille Mahler remontant jusqu'à un chanteur synagogal, Abraham Jakub, le premier à avoir adopté le nom Mahler, jusqu'à la naissance du compositeur. L'exposition culmine par montrer Mahler aux postes de chefs d'orchestre à Prague, Leipzig, New York, Budapest et à Hambourg.

Avec la partie consacrée à la jeunesse de Mahler renoue l'exposition "Gustav Mahler et nous" installée dans la ville de Humpolec tout près de Jihlava. Un accent particulier y est mis sur la tradition musicale que Mahler a laissée dans sa ville natale et qui s'y est développée. Elle donne aussi une liste complète des oeuvres de Gustav Mahler et de leurs plus éminents interprètes.

Quelques mots à présent sur Jihlava, une importante ville de la région du plateau Tchéco-morave, située à 130 kilomètres de Prague, sur l'autoroute reliant Prague à Brno. Jihlava a 53 000 habitants et elle s'étend à une altitude de 550 mètres et sur une superficie de 88 km2. Réserve municipale classée, Jihlava est réputée pour son architecture, ses catacombes, sa tour panoramique, le jardin zoologique, et pour son musée du plateau Tchéco-morave. La première mention sur un village slave avec l'église Saint-Jean-Baptiste date du 12e siècle. Il est devenu alors le point de départ de la colonisation de la région riche en minerais d'argent. La ruée vers l'argent y a amené des mineurs, des artisans et des commerçants de toute l'Europe. Bientôt, une ville allait être édifiée en face du village. La richesse due à l'extraction de l'argent s'est répercutée sur la conception grandiose de ses constructions: trois complexes d'églises et de couvents, une grande place centrale dictée par l'ordre du bâtiment du roi Premysl Otakar II de 1270, de puissantes fortifications municipales. Les privilèges royaux garantissaient une prospérité à la ville de Jihlava, devenue bientôt l'une des plus puissantes à l'échelle du royaume et ayant le droit de frapper de la monnaie. Jihlava a occupé une place privilégiée également dans le domaine juridique: c'est ici qu'on a codifié, pour la première fois en Europe, le droit minier devenu un modèle pour d'autres villes minières d'Europe médiévale. Pendant de longs siècles, Jihlava a été le siège du tribunal minier supérieur.

L'importance de l'extraction de l'argent a diminué au 15e siècle. Un grand incendie, en 1523, a mis fin à l'étape gothique de l'édification de la ville, renouvelée en style Renaissance. Les maisons sont ornées d'arcades aux colonnes toscanes et aux voûtes richement décorées de fresques. La ville a beaucoup souffert pendant la guerre de Trente ans. Une nouvelle étape de développement a été sous le signe du drap. L'impératrice Marie-Thérèse y a fait venir les marchands de drap néerlandais. Au 18e siècle, Jihlava a été le deuxième producteur de drap dans la monarchie.

La ville de Jihlava peut offrir à ses visiteurs plus d'une curiosité. Au-dessous du noyau historique de la ville se trouve, depuis la fin du 14e siècle, un labyrinthe de couloirs souterrains d'une longueur de 23 kilomètres. A l'origine, c'était des caves, creusées dans le rocher, parfois en trois étages, qui servaient à stocker de la bière. Depuis 1991, une partie des catacombes est accessible au public. A l'endroit le plus profond, à 13 mètres au-dessous de la surface, est installée une exposition sur l'extraction de l'argent et sur le monnayage à Jihlava. Plus loin, un couloir phosphorescent constitue une particularité des catacombes.