Une visite de la ville minière de Kutna Hora

Cathédrale Sainte-Barbe, photo: Štěpánka Budková

Kutna Hora, ville historique ancienne, s'étend sur un plateau de 300 mètres d'altitude, à 70 kilomètres au sud-est de Prague. Le 50e parallèle passe au nord de la ville et le 15e méridien qui définit le temps centre-européen passe à 20 km à l'ouest. Située au coeur de la Bohême, Kutna Hora n'est pourtant pas une ville typique de cette région. La disposition de son noyau historique, son panorama dominé par la cathédrale gothique Sainte-Barbe, accusent beaucoup de traits communs avec Prague. Au moyen-âge, Kutna Hora rivalisait avec Prague la position de ville la plus riche du royaume, grâce aux puissantes ressources des minerais d'argent et à la frappe de la monnaie. Les nombreux monuments gothiques et baroques en disent beaucoup de la richesse d'autrefois de cette ville. L'inscription, en 1995, de Kutna Hora sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO a encore accru sa réputation. Des touristes y viennent nombreux, non seulement d'Europe. Lors de ma visite, j'ai été accompagnée de guide Zuzana Kocourkova:

Cathédrale Sainte-Barbe, photo: Štěpánka Budková
"Une fierté et une dominante de Kutna Hora, c'est la cathédrale Sainte-Barbe, patronne des mineurs. Sa construction, inspirée par des cathédrales françaises, est une oeuvre de Jean Parler, fils de Pierre Parler, célèbre bâtisseur de cathédrales dont celle de Saint-Guy à Prague. Comme la construction, commencée en 1388, dépendait de la prospérité des mines d'argent, la cathédrale est restée inachevée. Telle qu'elle est, aujourd'hui, elle représente la moitié du projet initial. Le style gothique de cette cathédrale est tout à fait unique dans notre pays : la cathédrale n'a pas de tours élancées, comme c'est le cas de la majorité des cathédrales gothiques. Elle est coiffée de toits dit de tentes terminés par trois flèches.



Selon la légende, elle est construite sur un emplacement où se trouvait autrefois une statue en bois consacrée à la patronne des mineurs, Barbe, qu'un mineur a fait faire par reconnaissance d'avoir échappé, vif, à un accident de mine."

La fondation de Kutna Hora, en 1276, est liée avec l'extraction des minerais d'argent, en son sous-sol. Les ressources étaient d'une richesse inouïe. Le pouvoir royal s'y appuyait et avec l'argent de Kutna Hora était financée la construction des châteaux de Prague et de Karlstejn. Pendant la période de sa plus grande prospérité, on extrayait à Kutna Hora 20 000 tonnes d'argent pur par an. L'extraction de l'argent a fait de Kutna Hora - en traduction mont minier - la deuxième ville du royaume de Bohême.

Cour des Italiens, photo: Miloš Turek
En 1300, le roi Venceslas II fonde ici l'hôtel de la monnaie. D'après ses constructeurs italiens, il prend le nom de Cour des Italiens et va servir aussi comme résidence des rois lors de leurs séjours à Kutna Hora. La même année, Venceslas II promulgue le code royal minier - Jus regale montanorum - qui détermine les bases de l'industrie minière. En vertu de ce code, le roi dispose librement des ressources minières et a le droit à une quote-part de la production, et son administration accorde des licences d'exploitation. La promulgation de ce code est suivie d'une réforme monétaire. Le roi Venceslas II décide de lancer une monnaie unique à l'échelle du royaume et de concentrer la frappe dans une seule ville, Kutna Hora. Tous les ateliers des frappeurs de monnaie se trouveront dorénavant dans la Cour des Italiens. Une exposition familiarise le visiteur avec le processus de frappe. L'argent était refondu, affiné, et mélangé avec du cuivre. La fonte était coulée en formes. Des barres ainsi obtenues coupées en morceaux et ces derniers étaient aplaties et arrondies. Le point final et le plus important - la frappe de la face et de l'avers de la monnaie. Ce travail était réservé au frappeur qui a fait, par jour, jusqu'à 2000 pièces - les gros de Bohême.

La Cour des Italiens est devenue, plus tard, le lieu du séjour du roi Venceslas IV. C'est ici qu'il promulgue, en 1409, le Décret de Kutna Hora modifiant la proportion des voix à l'Université de Prague au profit de la nation tchèque.

Au début du 15e siècle, Kutna Hora est ravagée par des guerres hussites. A deux reprises, elle se fait attaquer par le commandant des troupes réformatrices, Jan Zizka. Beaucoup de maisons sont détruites, beaucoup de mines inondées. La ville s'en remettra et vivra une courte renaissance, pour être à nouveau pillée et détruite lors de la Guerre de Trente Ans.

C'est à cette période que les Jésuites arrivent à Kutna Hora, pour mettre en oeuvre une Contre-Réforme. La population utraquiste est contrainte soit de se reconvertir à la foi catholique, soit de quitter la ville et le pays. Des travaux de construction de grande envergure sont entrepris par les Jésuites. L'imposant bâtiment du collège jésuite est une expression de leur pouvoir à Kutna Hora. Construit entre 1667 - 1700 par l'architecte italien Domenico Orsi, le plan du collège est conçu en forme de la lettre F, à la mémoire de l'empereur Ferdinand II qui a offert aux Jésuites des terrains à bâtir. Le collège était relié par une galerie souterraine avec la cathédrale Sainte-Barbe.

Toute l'ambition des Jésuites était de doter Kutna Hora des mêmes constructions qui jalonnaient, à Prague, la voie royale. Alors que Prague possédait le Clémentinum, le Pont Charles, le Château et la cathédrale Saint-Guy, Kutna Hora, elle, avait le collège jésuite - analogie du Clémentinum, une sorte de pont bordé de statues devant le collège, la Cour des Italiens - résidence des rois, et la cathédrale Sainte-Barbe. En effet, ce panorama ressemble beaucoup à celui de Prague. Un bijoux du style baroque que les Jésuites avaient apporté à Kutna Hora - la colonne mariale, créée en 1715 par le sculpteur jésuite Frantisek Baugut. La colonne a vu le jour à la suite d'une épidémie de la peste qui a fait plus de 6000 morts à Kutna Hora. Sous les Jésuites, la ville était intégrée au réseau de lieux de pèlerinage européens.

Au 18e siècle, l'extraction de l'argent a cessé à Kutna Hora. L'hôtel de la monnaie était fermé, en 1727. Des tentatives de renouveler l'extraction des minerais d'argent n'ont jamais été accomplies.

Depuis 1961, le noyau historique de Kutna Hora est protégé par l'Etat. En 1995, la ville a été inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO.

10
49.948254000000
15.267967700000
default
49.948254000000
15.267967700000