Vaclav Havel aux Etats-Unis

r_2100x1400_radio_praha.png

Le Président tchèque, Vaclav Havel, accompagné de son épouse Dagmar, est en visite aux Etats-Unis. Une information d'Alena Gebertova.

Vaclav Havel est l'un des représentants de plus de 150 pays, participant au sommet du millénaire au siège de l'ONU de New-York. Avant le commencement de l'événement, ce mercredi, le Président tchèque a été invité à l'Université de Michigan de Detroit. Elle lui a décerné le titre de docteur honoris causa, l'un dans la série de ceux dont il est déjà lauréat. Ainsi, cette université prestigieuse a voulu apprécier les qualités de Vaclav Havel en tant qu'écrivain, philosophe et homme d'Etat. Et, dans le même temps, ses attitudes politiques et morales sous le communisme ainsi qu'après la chute des régimes totalitaitres en Europe centrale et de l'Est. A noter que l'Université de Michigan, avec plus de 51 000 étudiants, est l'un des premiers centres de la culture, de l'histoire, de la langue et de la politique tchèque aux Etats-Unis. Son institut William Davidson, spécialisé dans la recherche et le soutien des économies en transformation, est dirigé par un natif de Prague, Jan Svejnar, professeur en économie.

Sur le sol universitaire, Vaclav Havel a participé à un symposium consacré aux retombées de la mondialisation. Celle-ci se répercute de façon positive dans l'éducation des jeunes, a-t-il dit. Par contre, la mondialisation a ses côtés sombres, sous forme par exemple des supermarchés. Selon les paroles de Havel, on y achète des choses meilleur marché, mais au prix de la perte d'identité. « En achetant un pain tchèque, on se demande s'il n'est pas fait d'une farine mondialisée », a-t-il dit pour amuser la salle. Cette dernière a beaucoup apprécié, aussi, la lecture des extraits des fameuses Lettres à Olga, écrites par Vaclav Havel au début des annés 80 d'une prison communiste à sa première femme. Une lecture on ne peut plus suggestive, dans l'interprétation d'une femme professeur américaine, affirme l'agence CTK.