Victor Hugo et les Tchèques

Victor Hugo, photo CTK

"Victor Hugo était un représentant accompli de notre époque littéraire, un représentant de toute l'humanité et non seulement de son peuple..."écrivait en 1885 le poète et journaliste tchèque, Jan Neruda. Ce mardi, les Tchèques, eux aussi, fêtent le bicentenaire du poète français. Vaclav Richter.

Victor Hugo, photo CTK
Les Tchèques vouaient au poète français un intérêt profond et une grande admiration et étaient aussi ses lecteurs assidus. Ses romans étaient traduits en tchèque bientôt après leur parution et parmi ses traducteurs, il y avait des écrivains et des poètes tchèques célèbres dont Vitezslav Halek, Frantisek Rieger et Jan Neruda. Ce dernier, ainsi que le romancier Jakub Arbes, suivaient de près les activités littéraires, politiques et civiques de Hugo et en informaient les lecteurs des journaux tchèques. Le roi des poètes tchèques du 19ème siècle, Jaroslav Vrchlicky, nous a laissé non seulement d'innombrables traductions de poèmes de Hugo, mais il lui a consacré aussi d'importants essais et analyses littéraires et sa propre création poétique était inspirée par la Légende des siècles.

Les milieux politiques tchèques suivaient aussi avec attention et sympathie les activités publiques du poète français et manifestaient un soutien ardent à ses idées sur la libération de l'homme, la démocratie, la justice sociale et la paix. Il était évident que le Français Hugo était considéré par les Tchèques comme un allié contre les influences autrichienne et allemande qui menaçaient d'étouffer jusqu'à l'identité nationale tchèque. Hugo lui-même connaissait le peuple tchèque et sympathisait avec sa renaissance nationale. En 1869 il a évoqué publiquement les idéaux de Jean Hus et le rôle libérateur du hussitisme au 15ème siècle qui, à son avis, a entamé un processus qui allait aboutir à la Grande révolution française. Il a manifesté aussi l'espoir que la démocratie tchèque s'imposerait de nouveau dans le contexte européen. Même aujourd'hui, au début du 21ème siècle, où l'on lit de moins en moins, Victor Hugo reste en République tchèque un écrivain populaire. Bien qu'on ne lise presque plus sa poésie, on connaît ses romans grâce à des adaptations pour le cinéma, la télévision et aussi pour la comédie musicale. Ainsi le public tchèque connaît bien les vies passionnantes de Jean Valjean, de Cosette, de Quasimodo et d'Esmeralda encore deux siècles après la naissance de leur père.