Vltava, le plus célèbre des poèmes symphoniques de Bedřich Smetana

Vltava, source: eSbírky, České muzeum hudby/Musée national

Samedi 4 avril, 145 ans se sont écoulés depuis la première représentation du poème symphonique Vltava (Moldau), l’œuvre la plus connue de Bedřich Smetana (1824-1884). Dans cette émission, nous écouterons la Vltava interprétée par l’Orchestre philharmonique tchèque, mais tout d’abord, nous vous proposons l’arrangement de la composition pour harpe, tel que la harpiste Jana Boušková l’a joué il y a quelques jours, lors d’un concert caritatif destiné à soutenir les hôpitaux de Prague et de Brno mobilisés dans la lutte contre le coronavirus.

Vltava, source: eSbírky, České muzeum hudby/Musée national

Peu de gens savent que c’est seulement en moins de trois semaines que Bedřich Smetana a composé le poème symphonique Vltava, qui fait partie du cycle Ma patrie. Il a commencé à travailler dessus le 20 novembre 1874 et à la fin de la partition, il a écrit :

« Terminé le 8 décembre 1874, en dix-neuf jours, étant complètement sourd. »

Vltava

A ce moment, Smetana a 50 ans et il est à l’apogée de sa force créatrice. Grande figure de la vie culturelle tchèque, il est non seulement un compositeur de génie, connu notamment pour ses opéras, mais il s’impose également comme pianiste, chef d’orchestre, chef de chœur, organisateur de concerts, critique et pédagogue.

Gêné dans son audition depuis quelques mois, avec des hallucinations auditives, Smetana devient donc totalement sourd à l’automne 1874. Incapable de diriger un orchestre ou de donner des leçons, métier qu'il avait exercé pour vivre depuis ses débuts, obligé de démissionner de son poste de chef de l’opéra de Prague, Smetana se retire à la campagne. Il allait désormais vivre chez sa fille, dans la petite commune de Jabkenice, près de Mladá Boleslav, où se trouve aujourd’hui son musée.

Le musée de Bedřich Smetana à Jabkenice, photo: Michal Louč, CC BY-SA 4.0
Il se consacre pleinement à la composition et crée quelques-unes de ses œuvres majeures : les opéras le Baiser, le Secret, le Mur du diable, le quatuor De ma vie ou encore des œuvres pour piano. C’est à Jabkenice, que Bedřich Smetana achève son immense cycle Ma patrie (Vyšehrad, Vltava, Šárka, Par les prés et les bois de Bohême, Tábor et Blaník), inspiré des légendes et de l'histoire de la nation tchèque, des paysages et les lieux mémorables du pays.

Après avoir achevé le premier des six poèmes symphoniques, Vyšehrad, qui célèbre la fondation de Prague et que nous écouterons à la fin de cette émission, le compositeur remonte le cours de la rivière qui baigne les rives de la capitale tchèque, la Vltava.

« Deux petites sources jaillissent à l'ombre de la forêt, l'une chaude et agile, l'autre froide et endormie. Elles s'unissent. »

Bedřich Smetana, photo: public domain
écrit Smetana à propos de son poème symphonique. Avec une grande richesse mélodique, il décrit cette rivière qui traverse toute la Bohême pour enfin se jeter dans l’Elbe dans la ville de Mělník, au nord de Prague.

La première du poème symphonique Vltava s'est déroulée le 4 avril 1875, tandis que la première audition intégrale du cycle Ma patrie a eu lieu en novembre 1882 au palais Žofín, à Prague, en présence de l’auteur. Elle a obtenu un immense succès. Bedřich Smetana est mort deux ans plus tard dans un hôpital psychiatrique.

Nous vous proposons d’écouter Vltava interprétée par l’Orchestre philharmonique tchèque, sous la baguette de Václav Talich, un des plus grands chefs d’orchestre tchèques du XXe siècle.