Vojta Naprstek

r_2100x1400_radio_praha.png

Dans le cadre de nos émissions consacrées aux personnalités qui se sont inscrites dans l'histoire tchèque je voudrais vous présenter Vojta Naprstek, éminente personnalité de la société tchèque de la seconde moitié du XIXe siècle.

« La mer ne sépare jamais ce qui est lié par le coeur... », ce slogan placé à l'entrée de l'ancienne maison U Halanku sur la place de Bethléem à Prague accueillait les visiteurs dès les années soixante-dix du siècle dernier. Toutes sortes de gens se sont engagés sous le passage de pierre, depuis les plus démunis en quête d'aumône, en passant par des femmes avides d'instruction, jusqu'à l'élite de la culture tchèque réunie lors des soirées organisées régulièrement dans cette maison, des explorateurs connus qui partaient de là pour découvrir des mondes inconnus... Tous ces gens y arrivaient pour rencontrer un seul homme - maître de maison au coeur bienveillant - Vojta Naprstek.

Il est né à Prague, en 1826, dans une famille bien aisée. Peu de temps après sa naissance, la famille déménagea dans la maison U Halanku que ses parents avaient achetée avec une brasserie et une cave à vin. En étudiant, Vojta prit une part active à la vie culturelle et sociale de Prague et poursuivit ses activités également pendant ses études à Vienne. Quand la révolution éclata en 1848, Naprstek devint le porte-parole des étudiants slaves rassemblés sur les barricades et, après l'écrasement de la révolution, il fut exposé à la persécution policière. C'est pourquoi il partit avec sa copine à Hambourg où il s'embarqua, en automne 1848, pour les Etats-Unis. Les premières années dans un pays étranger furent pénibles ; il changea plusieurs métiers et ce ne fut que grâce à l'aide financière de sa mère qu'il pouvait se fixer bientôt dans une petite ville du Milwaukee et ouvrir une librairie. Outre son commerce, il travaillait comme journaliste, interprète, notaire public et s'occupait aussi de la politique. Le séjour en Amérique influença beaucoup la vie de Naprstek. Dans le cadre d'une expédition envoyée par le gouvernement américain au Minnesota, il assista aux négociations avec les Indiens du Dakota. D'où son idée, d'ailleurs, de collectionner les objets du folklore indien et de créer un musée qui présenterait au public tchèque les beautés de la nature américaine et abriterait des objets d'art populaire de ce continent.

Naprstek passa dix ans aux Etats-Unis pour ne retourner au pays qu'en 1858. A l'époque, la maison U Halanku est connue de tous les Pragois, car sous la direction de la mère de Naprstek, la brasserie et cave à vin prospèrent à tel point que leur propriétaire devient une riche commerçante. En tant que telle, madame Naprstek peut facilement financer les projets de son fils. Et ceux-ci, il faut le dire, n'étaient pas du tout modestes...

De retour, la tête du jeune Vojta est pleine d'idées démocratiques influencées par ses expériences de la vie au sein de la société américaine marquée par le début du boom industriel. Mais à l'époque, Prague n'est pas encore prête à les accueillir. C'est non seulement parce qu'elle vit dans l'ombre de la Vienne des Habsbourg, mais à cause, aussi, de sa situation économique qui ne le permet pas. Naprstek décida donc de tirer la société tchèque de son retard culturel et économique au moyen de l'éducation populaire, en mettant la culture à la portée des larges couches de la population et en donnant aux femmes l'accès à l'instruction.

L'instrument de cette éducation devait être le premier musée d'industrie tchèque, qui présenterait les inventions les plus modernes dans le domaine industriel. Naprstek ouvrit son musée privé en 1874. Il est vrai qu'au départ sa vocation était de présenter des réalisations industrielles, surtout, mais encore du vivant de Naprstek, il a vu accroître considérablement ses collections d'objets ethnographiques qui ont fini par prédominer. Il s'agissait en grande partie des dons offerts par des originaires du pays fixés à l'étranger avec lesquels Naprstek entretenait des relations ou des témoignages de gratitude de la part des explorateurs auxquels Naprstek avait apporté son soutien matériel et spirituel. Parmi ceux-ci, aussi, notre explorateur des plus connus Emil Holub. Grâce à ses liens amicaux, Naprstek découvrit pour les Tchèques non seulement l'Amérique et sa culture autochtone, mais aussi l'Afrique ou l'Asie.

Vojta Naprstek a transformé la maison U Halanku en un centre culturel important où se donnaient rendez-vous les peintres, écrivains, journalistes et autres artistes et personnalités politiques pragoises. Il fut à l'origine de la fondation de plusieurs associations d'utilité publique, il assista à la publication des Lettres internationales, organisa l'Exposition universelle de 1891, devint membre de la mairie de Prague et mécène d'artistes et de voyageurs. Naprstek était aussi l'un des premiers féministes tchèques; la première amicale féminine fondée à son initiative - le club américain des femmes tchèques, se réunissait dans sa maison. Le club s'occupait aussi de l'enseignement secondaire et professionnel des filles. A part cela, Naprstek s'est beaucoup engagé en faveur du droit de vote des femmes et pour leur droit au travail. Caractérisé par le peintre tchèque Max Svabinsky comme le plus grand démocrate tchèque, Vojta Naprstek est mort le 2 septembre 1894. Avec sa mort prend fin, aussi, la meilleure période de l'essor social de la maison U Halanku.

Le musée ethnographique qui porte le nom de Naprstek, aujourd'hui, ainsi que la riche bibliothèque, proposent aux visiteurs des expositions qui leur font connaître la vie et la civilisation de différentes ethnies et peuples. Il se trouve à l'angle des rues Naprstkova et Betlemska et si vous envisagez de venir à Prague, il mérite d'être visité.

Auteur: Astrid Hofmanová
lancer la lecture