80 ans de Radio Prague : « La radio est un média qui s’attache plus à l’essentiel »

Photo: Miloš Turek

Radio Prague fête cette année ses 80 ans d’existence, et à cette occasion, avait invité à ses auditeurs à rendre visite aux équipes qui préparent ses programmes en différentes langues, ainsi qu’à découvrir le bâtiment historique de la Radio tchèque. Côté français, un fidèle auditeur de Radio Prague, originaire du Nord de la France, a répondu à l’appel : Frédéric Lewandowski, qui est venu mercredi, avec sa famille, dans nos locaux. Radio Prague en a profité pour lui demander comment et quand il avait découvert Radio Prague.

Frédéric Lewandowski et Anna Kubišta, photo: Miloš Turek
« Je me souviens avoir acheté une radio spéciale ondes courtes à l’époque, parce que la diffusion se faisait alors en ondes courtes. »

A l’époque, ça veut dire quand ?

« Ça remonte au début des années 1990. De mémoire, j’ai dû connaître Radio Prague parce que je venais déjà à Prague depuis 1989. Depuis juillet, en fait : je précise, car la date est importante ! J’ai cherché longtemps avant de trouver Radio Prague, car c’est assez difficile en ondes courtes de repérer les stations. J’écoutais de manière assez régulière. Beaucoup plus tard, je suis passé à Internet, à partir des années 2000. »

Depuis, vous continuez donc à suivre Radio Prague sur Internet ?

« Oui, c’est beaucoup plus souple. Personnellement, j’écoute et je lis. C’est très pratique. Quand on n’a pas le temps d’être attentif et d’écouter, on peut prendre son petit déjeuner et lire un article en même temps. Au final, on en apprend plus comme ça. »

D’où vient votre goût pour la Tchécoslovaquie, puis la Tchéquie ?

La visite des auditeurs, photo: Miloš Turek
« C’est un hasard. En 1989, on m’a proposé d’accompagner un groupe de Français qui participaient à un échange avec des Tchécoslovaques, pendant l’été. Je les ai accompagnés cinq années de suite, on est allés en Moravie, et puis j’ai découvert Prague puisqu’on y venait une journée en visite. Je suis tombé sous le charme. Plus tard, j’y suis retourné et j’ai passé mes vacances à Prague. »

Vous étiez tellement sous le charme, que vous avez fini par vous installer à Prague il y a trois ans…

« Oui, avec ma famille. On y reste et on n’a pas vraiment de projet de retour en France. Pour l’instant, on a prévu de rester ici, les enfants vont à l’école tchèque… On s’y sent très bien. »

Avez-vous toujours été fan de la radio en tant que média alternatif à la télévision par exemple ?

« Oui, aussi loin que je me souvienne, j’écoutais la radio sous les draps, dans ma chambre. J’avais toujours une radio et j’écoutais tout un tas d’émissions… »

Qu’est-ce qui vous plaît dans la radio ?

La visite des auditeurs, photo: Miloš Turek
« Je dirais que cela évite l’esbroufe de la télé. On est plus attentif parce qu’il faut écouter, on n’est pas distrait parce qu’il n’y a pas d’images. Même si aujourd’hui, ça peut se faire sur Internet et qu’il y a de l’image, ça reste essentiellement de l’écoute. J’ai le sentiment que la radio s’attache plus à l’essentiel et qu’on est plus attentif à un média comme la radio que la télévision. »

Y a-t-il des rubriques ou des émissions de Radio Prague qui vous intéressent plus particulièrement ?

« Les émissions culturelles, et puis l’actualité essentiellement. Ici, à Prague, évidemment, on trouve des journaux français, mais Radio Prague est le seul média qui nous informe sur l’actualité tchèque dans notre langue. Donc, pour nous, en tant que Français, c’est vraiment très intéressant ! »

Photo: Miloš Turek
Quels sont vos projets à court terme en République tchèque ?

« Continuer à profiter de la vie et de la ville de Prague, et puis visiter la Tchéquie. En trois ans ici, on a fait quelques visites mais pas tant que cela finalement. On va continuer à faire le tour du pays, en train notamment car il y a de belles balades en train à faire. Ce n’est pas très grand, mais il y a beaucoup de choses à faire. »