A Washington, Bohuslav Sobotka assure de l’engagement tchèque pour la promotion des droits de l’homme

Bohuslav Sobotka et Joe Biden, photo: ČTK

Ce mardi, le Premier ministre Bohuslav Sobotka a rencontré le vice-président des Etats-Unis Joe Biden à la Maison Blanche à Washington. Selon les informations fournies par le chef du gouvernement tchèque à la suite de la réunion, les dossiers de la défense, de la sécurité énergétique et de la politique de promotion des droits de l’homme dans le monde ont été évoqués. C’est sur ce dernier point que la délégation tchèque cherchait à rassurer l’administration américaine, inquiète de l’attitude prudente des Tchèques envers les sanctions à l’égard de la Russie ainsi que de certains propos du président Miloš Zeman concernant la situation en Ukraine.

Bohuslav Sobotka et Joe Biden, photo: ČTK
L’entrevue avec le vice-président Joe Biden est perçue comme le moment clé de la visite de quatre jours qu’effectue le Premier ministre Bohuslav Sobotka aux Etats-Unis. Prévue pour durer une demi-heure, la rencontre s’est finalement étalée sur une heure et quart, ce que la diplomatie tchèque interprète comme preuve de l’entente cordiale qui régnait entre les deux politiciens. C’est visiblement aussi le ressenti du Premier ministre tchèque, satisfait d’avoir ainsi pu aborder avec le vice-président américain tous les thèmes qu’il souhaitait :

« Le premier domaine abordé a été la coopération en matière de défense et de sécurité, le second volet concernait la coopération économique et commerciale notamment dans l’investissement, le dernier domaine se rapportait à la coopération traditionnelle des deux pays dans la promotion des droits de l’homme dans le monde. »

La diplomatie tchèque avait œuvré depuis plusieurs mois pour obtenir ce rendez-vous notamment avec l’objectif de rassurer l’administration américaine, inquiète de l’attitude critique de certains représentants tchèques envers les sanctions à l’égard de la Russie, et perplexe vis-à-vis de la redéfinition de la politique étrangère tchèque privilégiant le développement des relations économiques quitte à reléguer au second plan la question des droits de l’homme.

Le correspondant de la télévision publique tchèque à Washington, Martin Řezníček a fait part des voix critiques qui se sont élevées lors de la rencontre entre anciens ambassadeurs des deux pays, une rencontre qui s’est déroulée en parallèle de l’entrevue entre Bohuslav Sobotka et Joe Biden et à l’occasion de laquelle la République tchèque s'est vu reprocher la remise en cause de son soutien traditionnel aux dissidents partout dans le monde. En revanche, face à Joe Biden, Bohuslav Sobotka s’est efforcé de clamer la fidélité du gouvernement tchèque aux principes de Václav Havel, et cela avec succès, si on se tient encore une fois aux propos du Premier ministre :

Joe Biden avec la délegation tchèque, photo: ČTK
« Le vice-président Biden a apprécié les efforts de la République tchèque en matière de promotion des droits de l’homme. Pour le dire avec ses propres mots, et j’espère le traduire fidèlement, il a dit que nous boxons dans une catégorie supérieure à notre poids. »

Concrètement, Joe Biden aurait fait allusion à l’implication tchèque dans les missions de l’OTAN en Afghanistan ainsi qu’à l’assistance diplomatique tchèque en Syrie.

Par ailleurs, le dossier de l’énergie a également été évoqué lors de la rencontre :

« J’ai demandé à Joe Biden à ce que les Etats-Unis amplifient leurs exportations de gaz vers l’Europe. J’ai ouvert ce sujet car la diversification des ressources en vue d’accroître la sécurité énergétique européenne me paraît cruciale. D’une façon générale, le vice-président a soutenu cette intention. »

Le Premier ministre tchèque s’est ainsi exprimé en faveur des exportations américaines de pétrole et de gaz vers l’Europe, exportations interdites depuis le premier choc pétrolier en 1973. Récemment, en juin dernier, l’administration des Etats-Unis avait déjà ouvert une brèche en autorisant les exportations de condensat, une forme de pétrole brute associée souvent au gaz de schiste.

A la veille de son départ des Etats-Unis, le Premier ministre tchèque assiste ce mercredi soir à l’inauguration du buste de l’ancien président Václav Havel, réalisé par le sculpteur tchèque Lubomír Janečka, placé dans le bâtiment du Congrès américain. Václav Havel devient ainsi le quatrième personnage non-originaire du sol américain à avoir son buste au Congrès après Winston Churchill, Lájos Kossuth et Raoul Wallenberg.