Activités de l'hôpital de campagne tchèque en Afghanistan

r_2100x1400_radio_praha.png

Des informations en provenance de l'Afghanistan où, comme nos auditeurs le savent, un hôpital militaire de campagne tchèque, personnel et matériel, opère sur place. Un premier problème majeur a surgi. A l'hôpital militaire britannique, implanté dans la principale base des forces alliées de Bagram, à 50 kilomètres de Kaboul, une cinquantaine de militaires sont tombés malades et dont une partie a déjà été évacuée vers l'Angleterre. Il en est résulté une paralysie de l'hôpital, du coup fermé, tandis que 333 personnes sont mises en quarantaine. Sur place, le chef d'état-major de l'Armée tchèque, le général Jiri Sedivy, ensemble avec le colonel Jindrich Sitta, chef de l'hôpital militaire de campagne tchèque, ont étudié la situation. Il en ressort qu'une partie des militaires de l'hôpital de campagne tchèque devrait remplacer provisoirement le personnel médical et les médecins de l'hôpital anglais. Nous apprenons aussi que la santé des militaires tchèques est dans l'ensemble bonne et que le fonctionnement de l'hôpital n'est nullement menacé.

D'après le quotidien Mlada fronta Dnes, les médecins tchèques en Afghanistan ont décelé l'origine de ce qui provoquerait "l'étrange infection" dont souffrent au moins 40 militaires britanniques. Le journal se réfère au colonel Jindrich Sitta, chef de l'unité médicale en Afghanistan, qui précise que cette découverte a rehaussé le prestige des médecins tchèques.

Auteur: Omar Mounir
lancer la lecture