Affaire d'une Tchèque détenue aux Philippines

r_2100x1400_radio_praha.png

Une Tchèque, onze Britanniques, un Canadien et un Italien ont été arrêtés, en janvier, aux Philippines et accusés d'escroquerie et du trafic des valeurs. Un délit passible de la peine à perpétuité dans ce pays. Le 23 février, la Tchèque Helena Cizkova, 24 ans, a payé aux autorités de Philippines une caution de 70 000 couronnes, soit environ 13 500 FF. Le lendemain, elle a quitté les Philippines via Hongkong. Pour l'instant, il n'est pas clair, comment elle a réussi à quitter le pays. Selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur des Philippines, elle ne devait pas partir, même si elle a versé la caution. Or, elle a profité de l'ordre du Bureau d'immigration de déporter le groupe en raison de l'expiration des visas. Elle affirme de ne pas avoir été accusée, seulement traduite en témoin. A la question de savoir comment elle a été impliquée dans cette affaire, elle répond que c'était dans le cadre de son voyage en Asie. A Manille, elle a trouvé sur Internet l'offre d'une occupation dans une firme de marketing qui, selon la police de Philippines, se serait livrée au trafic des valeurs. C'est ainsi qu'elle s'est retrouvée parmi les personnes poursuivies. Sa détention et son séjour dans un centre pour femmes violées à Manille sont pour elle un cauchemar qu'elle souhaite oublier le plus vite possible.