Amnistie présidentielle : une plainte contre le premier ministre Petr Nečas jugée non recevable

Le procureur général du tribunal d’arrondissement de Prague 1 a considéré que le premier ministre Petr Nečas (ODS) n’avait pas commis de crime en contresignant l’amnistie présidentielle annoncée par Václav Klaus le Jour de l’An. En conséquence, le chef du gouvernement ne sera pas poursuivi et la plainte déposée par le chef du Sénat Milan Štěch et par un autre sénateur social-démocrate n’est pas recevable. Les deux hommes reprochaient à Petr Nečas de ne pas avoir consulté son cabinet avant de signer le document. Le premier ministre affronte également une autre plainte déposée par un groupe mené par le milliardaire Karel Janeček dans le cadre de cette amnistie très controversée ayant conduit à la libération de plus de 6500 prisonniers et à l’arrêt de nombreuses procédures judiciaires.

Auteur: Pierre Meignan