Athlétisme - Mondiaux : pas de décathlonien tchèque et un Šebrle spectateur

Roman Šebrle, photo: Tereza Jelínková, ČRo

Avec une sélection forte de vingt-huit athlètes, les Tchèques entendent ramener deux à quatre médailles de Russie. Mais contrairement à un passé pas si lointain, où ils avaient remporté quatre titres mondiaux entre 1997 et 2007 avec Tomáš Dvořák et Roman Šebrle, il leur faut cette fois compter sans décathlonien.

Roman Šebrle, photo: Tereza Jelínková, ČRo
Pour la première fois depuis 1983 et la tenue des premiers championnats du monde, aucun athlète tchèque n’a participé, le week-end dernier, au décathlon des Mondiaux de Moscou. En l’absence du jeune Adam Helcelet, blessé jusqu’à la fin de la saison, deux grands décathloniens tchèques, tous deux anciens recordmans du monde, sont pourtant présents dans la capitale russe. Tandis que l’ancien triple champion du monde Tomáš Dvořák remplit depuis 2009 les fonctions d’entraîneur en chef de la sélection tchèque, Roman Šebrle, lui, dispose actuellement de son temps libre, un peu moins de deux mois après avoir annoncé, contraint par une blessure, la fin de sa carrière.

« C’est la première fois que je suis sur des championnats du monde comme spectateur. Mais j’ai encore des fourmis dans les jambes, je préférerais être en bas sur la piste. J’ai la sensation que j’y ai encore ma place, que j’en aurais encore les moyens et que je ne serais pas ridicule, mais en même temps, je profite aussi de plein d’autres choses en tant que spectateur. »

Ashton Eaton, photo: CTK
A Moscou, c’est néanmoins avec l’œil du spécialiste que le champion olympique d’Athènes en 2004 et champion du monde d’Osaka en 2007, premier athlète à avoir un jour dépassé la barre des 9 000 points dans un décathlon, observe la compétition. Et Roman Šebrle, qui s’attendait à la victoire de l’Américain Ashton Eaton, celui-là même qui lui a pris son record du monde la saison dernière, ne vit pas trop mal son nouveau rôle :

« J’ai 38 ans et je m’étais préparé à ce que ce soit ma dernière saison. Je pensais que la transition après la fin de ma carrière serait plus compliquée, plus dure à vivre. Finalement, ça reste supportable, du moins à la maison. Car ici, dans les tribunes, c’est beaucoup plus difficile. Mais il va falloir que je prenne rapidement une décision sur ce que je vais faire par la suite, je ne peux pas rester chez moi assis à ne rien faire. J’ai plusieurs possibilités. Je pense que je vais me lancer sérieusement dans le golf, même s’il me faudra des résultats pour envisager pouvoir faire une carrière. »

Zuzana Hejnová, photo: CTK
Faute de décathlonien, les espoirs de médailles tchèques aux Mondiaux de Moscou reposent essentiellement sur les épaules de Zuzana Hejnová, qui s’est facilement qualifiée ce lundi pour les demi-finales du 400 mètres haies, de Vitězslav Veselý, candidat à la plus haute marche du podium au concours du lancer du javelot, ou encore des lanceurs de poids et de marteau Ladislav Prášil et Lukáš Melich. Ce dernier devait disputer la finale ce lundi soir, comme le sauteur à la perche Jan Kudlička.