Athlétisme : aux Mondiaux d'Osaka, les Tchèques espèrent 2 à 5 médailles et un Sebrle en or

Roman Sebrle, photo: Tereza Jelinkova

Les XIes Championnats du monde d'athlétisme débutent samedi à Osaka, au Japon. Un an avant les Jeux olympiques d'été de Pékin, le gratin des pistes se retrouve en Asie pendant neuf jours. Après deux Mondiaux sans médaille d'or, les Tchèques placent une nouvelle fois leurs plus grands espoirs dans le décathlonien Roman Sebrle.

Roman Sebrle, photo: Tereza Jelinkova
Depuis les victoires de Tomas Dvorak au décathlon et de Jan Zelezny au lancer du javelot à Edmonton en 2001, tous deux sacrés au Canada pour la troisième fois consécutive, la République tchèque n'a plus vu aucun de ses athlètes monter sur la plus haute marche du podium d'une épreuve des Championnats du monde. Lors des derniers à Helsinky, il y a deux ans, la moisson de médailles s'était résumée à l'argent de Roman Sebrle et au bronze de Vera Pospisilova-Cechlova et de Pavla Hamackova au lancer du disque et au saut à la perche. Des résultats qui n'avaient permis à la République tchèque que d'arriver en vingt-deuxième position au classement final des nations.

Tomas Dvorak, photo: Finneye, CC BY-SA 2.0
Cette année, alors que pas moins de 203 pays ont envoyé au moins un représentant, soit un nouveau record pour la compétition, les Tchèques, dont l'équipe compte vingt-deux athlètes, espèrent donc satisfaire leur quête d'or et décrocher de deux à cinq médailles tous métaux confondus. Pour cela, ils comptent essentiellement et comme depuis quelques années déjà sur le champion olympique et recordman du monde du décathlon, Roman Sebrle, auteur d'une première partie de saison très positive. Le seul homme à avoir un jour dépassé la barre des 9000 points devra toutefois faire face à une forte concurrence, notamment celle de son grand rival américain Bryan Clay, champion du monde en titre, tandis que Tomas Dvorak espère, lui, pouvoir prendre part à ses huitièmes Mondiaux consécutifs malgré un tendon d'Achille douloureux. Toujours chez les hommes, Tomas Janku, vice-champion d'Europe en titre du saut en hauteur, figure également parmi les prétendants à une place d'honneur.

C'est donc chez les femmes que se trouvent les espoirs de médailles les plus nombreux. Après avoir établi un niveau de performance régulier aux alentours de 65 mètres, Barbora Spotakova, elle aussi vice-championne d'Europe, ne pourrait rentrer que très déçue d'Osaka si elle ne se classait pas parmi les trois premières du concours du lancer du javelot. Elle peut même légitimement rêver de décrocher le Graal, mais doit pour cela compter sur les Allemandes Steffi Nerius et Christina Obergföll qui ne seront pas faciles à battre. Enfin, les spectateurs tchèques suivront d'un oeil attentif les performances de Vera Pospisilova-Cechlova au lancer du disque et de Katerina Badurova au saut à la perche, une discipline où au moins six concurrentes semblent en mesure d'accéder au podium, au pied de l'a priori intouchable Russe Yelena Isinbayeva.