Attribution de hautes distinctions d'Etat - tradition inséparable de la fête du 28 octobre

r_2100x1400_radio_praha.png

Ce samedi 28 octobre est le jour de la fête nationale, en République tchèque. Comme tous les ans, la remise de hautes distinctions d'Etat se présente comme le point culminant des festivités qui l'accompagnent. Alena Gebertova.

La Tchécoslovaquie n'existe plus depuis près de quatorze ans. La date de sa création, le 28 octobre 1918, au lendemain de la Première Guerre mondiale, a pourtant été maintenue en tant que journée de la fête nationale. Si, pour certains, il s'agit de ce fait d'une « drôle de fête », elle n'a en revanche rien perdu de sa position privilégiée parmi les autres fêtes nationales, la tradition des festivités et des cérémonies qui y sont liées étant de rigueur.

Le plus grand intérêt est porté, chaque année, à la remise de hautes distinctions d'Etat, samedi soir, par le président Vaclav Klaus. C'est lui, effectivement, qui a l'autorité de choisir les « élus » sur la base de dizaines de propositions qui lui sont faites par les deux Chambres du Parlement et par le gouvernement. Héros de guerre, scientifiques, artistes... Bien que tenus secrets jusqu'au dernier moment, des noms circulent depuis quelques jours déjà dans les médias, donc il y a peu de surprises à attendre.

L'Ordre du Lion blanc
On sait aussi qu'elles seront plus d'une vingtaine de personnes à être décorées au Château de Prague, salle historique Vladislas, lors d'une cérémonie retransmise en direct par la Télévision tchèque, dont certaines im mémoriam.

L'Ordre du Lion blanc est la distinction suprême de la République tchèque qui est attribuée aux citoyens du pays ou même à ceux qui ne le sont pas, pour leurs mérites exceptionnels en faveur de l'Etat. L'Ordre TGM est attribué aux personnes ayant considérablement contribué au développement de la démocratie, de l'humanité et des droits de l'homme. Sont décernés également deux Médailles, l'une pour un acte héroïque, l'autre pour mérites.

On rappellera qu'à la fin de son mandat, il y a quatre ans, le prédécesseur de l'actuel président, Vaclav Havel, a remis des distinctions à 77 personnes. On lui avait alors reproché que parmi celles-ci figuraient pas mal de gens qui lui étaient proches... Vaclav Klaus, de son côté, tout en remettant un nombre nettement plus restreint de décorations, semble poursuivre cette pratique, honorant rarement des personnes dont les visions seraient foncièrement différentes des siennes.