Avertissement lancé par des travailleurs de l'industrie énergétique

r_2100x1400_radio_praha.png

Les syndicats de l'industrie énergétique tchèque menacent de couper le courant électrique dans tout le pays. Ils ont lancé un préavis de grève pour protester contre la privatisation et la restructuration rapide de leur secteur. En effet le gouvernement prépare encore avant la fin de cette année la privatisation des firmes produisant l'énergie électrique. Ce processus risque d'aboutir, selon les syndicalistes, à des licenciements massifs qui pourraient toucher jusqu'à 66 % des travailleurs dans le secteur. Selon le président de l'Union syndicale de l'industrie énergétique, Jiri Kubicek, pour l'instant, on manque de programme de soutien des travailleurs touchés par ces changements bien que certains acquéreurs potentiels de la firme CEZ, producteur principal d'énergie en République tchèque, affirment qu'ils auraient besoin seulement de 10 % des travailleurs actuels. Les syndicats exigent donc que le cabinet conclue avec eux un contrat selon lequel 2 à 3 % de la somme que l'Etat tirera de la privatisation du secteur énergétique soient déposés dans un fonds de restructuration. Ce fonds permettrait de financer la création de nouveaux emplois, les cours de recyclage et les indemnités équivalant à 2 salaires annuels pour les travailleurs licenciés. Par contre, le ministère de l'Industrie et du Commerce considère ces informations comme exagérées et la réaction des syndicats comme inadéquate. Selon le porte-parole du ministère, Anna Starkova, le gouvernement prendrait des mesures pour éviter les licenciements massifs.