Bacs, passeurs, bateliers... Existent-ils encore en République tchèque ?

Photo: Štěpánka Budková

Bacs, passeurs, bateliers, des mots qui évoquent le passé, un certain romantisme, mais qu'on n'emploie plus très souvent. Le métier de passeur, c'est-à-dire celui qui vous fait traverser une rivière, un fleuve, bref un cours d'eau, existe-t-il encore au début du XXIe siècle ? Peut-être serez-vous un peu surpris, mais des passeurs, il en existe encore pas mal sur le territoire de la République tchèque. Pour cela, nous avons décidé d'en faire le thème de notre promenade touristique de cette semaine.

Photo: Štěpánka Budková
Nous ne nous intéresserons, pourtant, dans cette édition de notre rubrique touristique, qu'aux passages des rivières de Bohême qui existent encore. Il faut donc savoir que les passages sont encore en service sur six rivières : la Vltava, l'Otava, la Sazava, la Berounka, l'Ohre. La République tchèque ne possède qu'un seul fleuve, l'Elbe, et sur celui-ci il existe encore des passages. Comme le plus grand nombre de touristes qui arrivent en Tchéquie passe toujours un séjour à Prague, nous parlerons tout d'abord des passages qui permettent de franchir le cours de la Vltava dans la capitale ou les environs. Le plus connu et qui se trouve sur le territoire de Prague vraiment est le passage du Pré de l'empereur (Cisarska louka). C'est un passage classique réalisé par un bac à moteur. Il relie la rive gauche de la Vltava à l'île où est situé le Pré de l'empereur, ce dernier étant le théâtre de fréquentes manifestations culturelles. En dehors des passagers, le bac à moteur peut aussi transporter les bicyclettes. Le prix du passage est des plus modestes, puisqu'il ne représente que 10 couronnes (30 centimes). A noter que le bac du Pré de l'empereur ne fonctionne pas, comme beaucoup d'autres, toute l'année, mais seulement du mois d'avril au mois de novembre.

Roztoky, photo: Miloš Turek
En descendant le cours de la Vltava, vers le confluent de celle-ci avec l'Elbe près de la ville de Melnik, on tombe sur un autre passage, celui de Roztoky/Klecany. Dans ce cas, il s'agit aussi du seul passage possible pour traverser la Vltava, car il n'y a pas de pont dans les parrages. D'ailleurs on revient à la raison d'être première des passages des cours d'eau. Ils existaient bien avant les ponts et, aujourd'hui, ils fonctionnent là où la construction d'un pont s'avère trop coûteuse et pas rentable. C'est un peu le cas de Roztoky, situé sur la rive gauche de la Vltava, et encore plus de Klecany en face. En effet pour arriver dans cette localité très belle et pleine de romantisme, présentant même un caractère assez sauvage, il faut faire un grand détour par la périphérie. Prendre le bac qui traverse la Vltava est beaucoup plus pratique et le trajet est beaucoup plus court. Le bac est à moteur mais, vu la force du courant, il est relié à un cable supérieur qui empêche l'embarcation de dériver. Le bac transporte des passagers, mais aussi les motocyclettes ou les bicyclettes. Pas question de transporter une automobile pourtant. Il faut ajouter, encore, que les deux bacs mentionnés, celui du Pré de l'empereur et celui de Roztoky font partie du système intégré des transports en commun de la capitale. Le bac à moteur de Roztoky fonctionne pendant toute l'année et offre des horaires fixes. Il existe aussi la possiblité de commander, à l'avance, un passage de tout un groupe organisé. Le prix du passage ? Dans les 40 centimes par personne en service normal, 60 centimes par personne sur commande.

Černošice, photo: Archives de Radio Prague
Du cours de la Vltava, rendons-nous au sud-ouest de Prague, sur le cours de la Berounka. Le passage le plus connu est celui de Cernosice qui relie les localités de Mokropsy et de Kazin. L'embarcadère se trouve sur la rive gauche de la rivière. Le bac est équipé d'un moteur électrique, et il est relié à un cable inférieur pour qu'il ne dérive pas. Le passage est une entreprise privée et est en service du mois de mai au mois de septembre. Pendant les mois des grandes vacances, donc juillet et août, il fonctionne de 10.00 à 20.00 heures, le samedi à partir de 09.00 heures du matin. C'est un passage qui est surtout utilisé par les touristes, mais les habitants de la région l'empruntent assez souvent. Il accepte les bicyclettes et les poussettes à bord. Le prix du passage est modique, dans les 25 centimes.

Kamenný Přívoz, photo: ŠJů, CC BY-SA 3.0 Unported
La grande majorité des bacs qui sont utilisés pour les passages des cours d'eau en Bohême sont équipés de moteur, à essence ou électrique. Le passage de Kamenný Přívoz, par contre, reste des plus classiques. Pas de moteur, pas de bac même, mais une barque et des rames. Le vrai métier de passeur... Kamenný Přívoz se trouve sur le cours de la rivière certainement la plus romantique de Bohême, en amont de la ville qui porte le même nom, Sazava. L'embarcadère se trouve sur la rive gauche de la rivière et, tenez-vous bien, le passeur est le propriétaire d'une maison de campagne qui fait passer les touristes d'une rive à l'autre tout simplement pour son plaisir... Le prix du passage ? Dans les 20 centimes seulement. Je vous assure que cela en vaut la peine, car la région est vraiment magnifique ! Revenons encore sur le cours de la Vltava, au passage de Vrane nad Vltavou. Pourquoi ? Parce que c'est l'un des rares passages tchèques qui est réalisé à l'aide d'un bac classique, mais sans moteur. En fait, le bac est tiré par un cable et un treuil situé sur la rive. En plus de cela, le bac est naturellement attaché à un cable supérieur. Il peut embarquer les passagers, les bicyclettes, les poussettes. Tout comme le passage précédent, il est en service seulement pendant la saison d'été et n'a pas d'horaires. Le service se fait sur commande, le prix du passage n'est que de 5 centimes par personne. Le propriétaire est la commune de Vrané, une localité très touristique, pas loin de Prague et qui offre aussi un magnifique lac de barrage et ses environs romantiques. Intéressant de savoir que si vous ne vous trouvez pas sur la rive où est situé l'embarcadère, vous devez crier de l'autre rive pour appeler le passeur... Il faut donc avoir de la voix.

Photo: Denisa Tomanová
Malheureusement, les bacs, les passages, les bateliers disparaissent peu à peu des cours d'eau tchèques. Cette année, par exemple, il n'y aura plus de bac traversant l'Elbe au niveau du confluent avec la Jizerka. Les autorités locales ont décidé de la construction d'une passerelle entre la localité de Karany et celle de Tousen. La raison ? Il était difficile de trouver un passeur. Dans beaucoup d'endroits touristiques, comme par exemple, les environs des lacs de barrages, les bacs des passages ont été remplacés par des canots à moteur ou même de plus grosses embarcations. Ajoutons encore que les bacs n'ont pas toujours été conduits par des hommes, bien que le métier demande une certaine force physique. La dernière passeuse pragoise fut Madame Korinkova qui conduisait un bac à treuil au passage de Bohnice-Sedlec, au nord-est de Prague. Elle a pris sa retraite en 1991, mais le bac a été remis en service le 1er juillet 2005 par la société des transports en commun pragois. Nous vous recommandons, si vous venez à Prague, de vous rendre à l'un des passages qui traversent la Vltava. Cela en vaut la peine à Roztoky par exemple. Sur l'autre rive, vous pourrez faire une merveilleuse promenade, à pieds ou à vélo, dans une région romantique, et revenir en bus dans le centre. C'est une occasion de passer un samedi à Prague d'une manière agréable et de replonger un peu dans le passé, quand les bacs qui traversaient les rivières étaient chose courante. C'est la fin de cette rubrique, mais nous reviendrons aux bacs en service en Tchéquie dans une prochaine édition.