Basket : contre Bourges, Sandra Le Dréan a conduit Prague à sa première victoire en Euroligue

Photo: CTK

Emmenée par une Sandra Le Dréan des grands jours, l’USK Prague a battu Bourges (60-51), jeudi soir, à domicile, à l’occasion de la 2e journée de l’Euroligue féminine de basket. Une performance de choix pour une ambitieuse équipe pragoise qui a démarré la nouvelle saison avec une deuxième internationale française dans son effectif, la pivot Elodie Godin. A l’issue du match, cette dernière, encore Bérurienne il y a deux ans de cela, était donc forcément satisfaite d’être venue à bout de son ancienne équipe :

Photo: CTK
« C’était très important de gagner aujourd’hui d’abord parce qu’il faut s’imposer le plus possible à domicile. On sait qu’à l’extérieur, ça restera quand même très difficile pour nous. Bourges est une très bonne équipe et ce n’était pas fait d’avance. Je trouve que l’équipe a vraiment fait un très bon match ce soir. C’est donc prometteur pour la suite. »

-Qu’est-ce qui a fait basculer le sort du match en votre faveur ?

« L’adresse. On a rentré des paniers importants aux bons moments en deuxième mi-temps. On a été moins dominées au rebond qu’en première mi-temps quand Bourges prenait beaucoup de rebonds offensifs, ce qui leur donnait une deuxième voire une troisième chance. Donc, ça, on l’a bloqué. On a changé quelques aspects défensifs et ça a porté ses fruits. »

Photo: CTK
Héroïne de la soirée en étant la meilleure marqueuse du match avec 16 points et en disputant l’intégralité de la rencontre, Sandra Le Dréan ne cachait pas non plus sa joie d’avoir remporté ce match contre une équipe de Bourges qui a tou de même participé au Final Four de l’Euroligue la saison dernière avant d’être sacrée vice-championne de France :

« C’est très positif, car ça va nous permettre de continuer à bien travailler. On sait que la compétition en Euroligue va être très compliquée cette saison, on l’a d’ailleurs vu la semaine dernière avec le déplacement à Ekaterinbourg qui a été un peu douloureux (Prague s’est inclinée 85-43 en Russie, ndlr). Cette victoire contre Bourges nous rassure donc un peu et nous permet de rester motivées pour continuer à progresser cette saison. Tous les matchs à domicile vont être importants, ça fait donc du bien aujourd’hui ! »

-On a senti beaucoup de joie, comme une forme de soulagement à la fin du match…

Photo: CTK
« Oui, car ça a été très serré jusqu’à la fin du match. Bourges est une très bonne équipe, présente au Final Four la saison dernière et elle s’est encore renforcée cette saison. On ne voulait donc pas lâcher et perdre bêtement sur la faim. Mais je crois que nous avons bien maîtrisé le match et c’est une très belle victoire d’équipe. »

Dans le camp opposé, l’entraîneur de Bourges, Pierre Vincent, ne pouvait, bien entendu, pas en dire autant et faisait, lui, plutôt grise mine :

« C’est notre première défaite de la saison. Ca a été un match difficile dans lequel on n’a pas beaucoup scoré et on a raté beaucoup de choses faciles. On a commis quelques petites erreurs mais des grossières qui ont donné des paniers faciles et un peu de confiance aux Pragoises. Et l’un dans l’autre, on est finalement restés consignés derrière. »

Photo: CTK
-Le match a été équilibré jusqu’à la mi-temps, puis ensuite Prague s’est peu à peu détachée dans le troisième quart-temps. Qu’est-ce qui, selon vous, a fait la différence ? Le plus grand nombre de rebonds défensifs de Prague ?

« Non, c’est l’adresse. Le match s’est effectivement débloqué dans le milieu du troisième quart-temps où les Pragoises ont rentré trois ou quatre tirs à distance qui leur ont permis de creuser l’écart. Après, l’écart n’a pas évolué mais on n’a pas pu revenir. Cet écart ne s’est fait que sur trois minutes mais c’était suffisant pour faire la différence et non n’a pas su réagir. Mais notre gros manque s’est surtout situé au niveau de l’adresse extérieure, parce qu’on ne prend que soixante points mais on ne score pas du tout. »

Pour leur prochain match en Euroligue, mercredi prochain, l’USK Prague et ses deux Françaises effectueront un court déplacement à Cracovie, en Pologne.