Citoyen Havel - Un documentaire sur l'ancien président en attendant sa nouvelle pièce

r_2100x1400_radio_praha.png

L’année 2008 s’annonce comme l’année Havel en République tchèque. Avec un retour au théâtre dans quelques mois pour l’ancien président, qui vient de publier sa dernière pièce, après une pause de 18 ans dans sa carrière de dramaturge. Et puis avec la sortie de ces jours-ci dans les salles tchèques de « Citoyen Havel », un documentaire sur ses années passées à la tête de l’Etat.

« Cher gouvernement, chers invités, j’aimerais être... un bon président » : c’est en riant que Václav Havel répète son discours avant son investiture à la première présidence tchèque de l’histoire, en 1993. « Vous ne pouvez pas regarder le podium, rentrez le ventre », lui conseille un de ses collaborateurs. Aucun autre homme politique n'a jamais consenti à un tournage « aussi large et aussi authentique » sur son travail et sa vie privée, selon l’une des productrices du film.

Dans l’avion qui l’emmène vers l’Arabie Saoudite pour une visite officielle, le président Havel fait part à ses collaborateurs et traducteurs de sa crainte de commettre un impair :

« J'ai peur de faire un faux-pas, de rire au mauvais moment, de serrer la main de quelqu'un avant d'avoir à le faire, et qu'ils me tirent dessus à cause de cela. Je vous en prie, ne traduisez rien de ce qui vous paraîtrait inapproprié. »

Le documentaire Citoyen Havel, dont la première vient d’avoir lieu à Prague, met en avant le côté facétieux du président-dramaturge, sa timidité, et son sens de l'auto-dérision. Un tournage étalé sur 11 années, pendant ses présidences successives. Le résultat, sur deux heures, est très réussi.

Même si quelques passages concernent les coulisses de la politique tchèque, que des spectateurs étrangers auront quelques difficultés à comprendre, plusieurs des scènes sont croustillantes comme dans cet extrait(malheureusement pas conservé dans la version finale), Václav Havel prépare son équipe à la venue à Prague du président français de l’époque, Jacques Chirac :

« La France se prend pour une plus grande puissance qu'elle ne l'est en réalité, n'est-ce pas ? Ils voudraient être reçus avec les honneurs qui reviendraient aux Etats-Unis et à la Chine réunis, et décider de l'avenir du monde. Eh bien nous nous plierons à toutes leurs exigeances concernant les festivités ici. Demain il y aura même une réunion spéciale concernant les repas et un gastronome français nous servira de goûteur, pour qu'on ne leur serve pas à nouveau des pommes de terre pas assez cuites... »

Et quand on demande à Václav Havel si les visites officielles françaises étaient les pires à organiser, il répond en souriant :

« Je ne le dirais pas comme ça... Je n'ai pas le sentiment que cette visite ait été difficile ou pire qu'une autre. J'ai reçu en revanche des visites vraiment désagréables, mais celle de Jacques Chirac était plus exigeante en quelque sorte, concernant tous les petits détails, les assiettes, les couverts et tout ça.... »

Václav Havel avec Pavel Koutecký
Le documentariste qui a filmé presque toutes les années Havel à la présidence, Pavel Koutecký, est tragiquement décédé avant d’avoir pu terminer son film. C’est le réalisateur Miroslav Janek qui a terminé son oeuvre :

« Il y avait environ 70 heures d’images et peut-être 50 heures de son, donc en tout 120 heures qu’on a dû visionner et écouter avec la monteuse. Ce n’est pas moi qui ai vraiment choisi, c’est la matière qui décidait du choix en fait. Donc c’est seulement après avoir vu et écouter l’ensemble que j’ai commencé à sentir dans quelle direction on devait aller »

Hospitalisé après une alerte cardiaque, Václav Havel n’a pu assister à la première tchèque de ce film. La première internationale de Citoyen Havel est prévue le 11 février. Ce sera en Allemagne, dans le cadre de la Berlinale.

http://www.obcanhavel.cz