Coronavirus : en République tchèque, le rythme de contamination s’accélère

Jarmila Rážová, photo: Michaela Danelová, ČRo

650 nouveaux cas de Covid-19 ont été détectés en République tchèque mercredi. Il s’agit d’un nouveau chiffre record depuis le début de l’épidémie il y a six mois. La République tchèque présente désormais le rythme de contamination le plus élevé en Europe centrale.

Tout au long du printemps dernier, jusqu’à l’abandon pratiquement définitif du masque début juillet, la République tchèque a régulièrement été présentée comme un modèle pour sa gestion de la crise du coronavirus. Ce n’est désormais plus le cas puisqu’elle non plus n’est plus épargnée par le virus avec actuellement un peu plus de 7 000 personnes contaminées.

Même si la courbe de l’épidémie remonte en flèche depuis la mi-août environ, la situation sanitaire reste cependant pour l’instant peu inquiétante. Selon les données communiquées quotidiennement par le ministère de la Santé, seules 172 personnes étaient hospitalisées ce jeudi, avec relativement peu de cas graves, pour un total de 425 décès à déplorer en l’espace de six mois.

Depuis mercredi, le ministre de la Santé, Adam Vojtěch, est confiné à son domicile suite à l’annonce du résultat positif du test de dépistage auquel s’est soumise la responsable des services d’hygiène du pays, Jarmila Rážová. Le placement en quarantaine dure désormais dix jours, contre quatorze auparavant, en République tchèque. Adam Vojtěch et Jarmila Rážová se sont rencontrés dernièrement mardi lors d’une réunion au siège du gouvernement. De même, le ministre de l’Industrie et du Commerce, Karel Havlíček, a lui aussi été placé en quarantaine par mesure de précaution. Rien qui n’empêche le Premier ministre Andrej Babiš, d’affirmer le soir, en direct à la Télévision tchèque et dans son style de communication toujours très particulier, que tout le monde allait bien et qu’il n’y avait pas d’inquiétude à se faire :

Andrej Babiš,  photo: Site officiel du Gouvernement tchèque

« Bien sûr que l’Etat continue de fonctionner parce que nous avons déjà appris à le faire lors de la première vague. J’ai discuté avec les deux ministres et aucun n’a de symptômes. Monsieur Vojtěch restera en quarantaine jusqu’au 11 septembre, son test a été négatif, de même que celui de monsieur Havlíček. Quant à madame Rážová, elle n’est pas fiévreuse et elle est aussi en quarantaine, mais tout le monde continue de travailler. Nous avons tout ce qu’il faut : des vidéoconférences, les SMS, les mails, nous nous téléphonons, donc pas de problème ! »

Bien que lui aussi présent à cette fameuse « réunion infectieuse » mardi, le Premier ministre, n’a lui pas été contraint de respecter de mise en quarantaine. Critiqué, Andrej Babiš a expliqué qu’il était assis suffisamment loin de tout le monde, que la salle était suffisamment grande et aérée, et qu’il portait « presque partout » un masque filtrant de type FFP2, comme il l’a confié sur un ton quelque peu moqueur à la Télévision tchèque mercredi soir :

« Nous avons l’obligation de porter un masque au gouvernement. Personnellement, je porte effectivement ce respirateur FFP2. Je le porte d’ailleurs toujours, même dans la rue. Je l’avais aussi samedi dernier quand je suis allé faire les courses pour le gâteau que nous avons préparé avec ma fille. C’est pourquoi j’appelle tout le monde à porter un masque, et plus spécialement les personnes de plus de 60 ans et les personnes malades, et je ne suis pas d’accord quand j’entends dire que je ne montre pas l’exemple. »

Ce jeudi, quatre nouveaux cas positifs ont été détectés au ministère de la Santé et plus de 150 personnes sont appelées à se soumettre à un test de dépistage. Au-delà du cas du gouvernement et de son chef, l’évolution plus générale de la situation épidémiologique confirme que la République tchèque est bien le pays dans la région où le rythme de contamination est le plus rapide. Par million d’habitants, il a été trois plus élevé la semaine qu’en Allemagne ou en Slovaquie voisines. Avant de partir en quarantaine, le ministre de la Santé avait d’ailleurs prévenu qu’à compter de la semaine prochaine, un nouveau renforcement de l’obligation du port du masque et de certaines mesures de restriction était à attendre.