Covid-19 : des « feutres olfactifs » pour retrouver l’odorat

Photo illustrative: Engin_Akyurt/Pixabay, CC0

Associé à la maladie Covid-19, le symptôme de la perte d’odorat est généralement synonyme de forme bénigne de la maladie. Mais si ces troubles perdurent, comme c’est souvent le cas, ils peuvent être psychologiquement difficiles à vivre. Pour accélérer la guérison, les médecins tchèques, tout comme leurs collègues étrangers, expérimentent de nouvelles méthodes « d’entraînement olfactif ».

Selon les données de la Société tchèque d’ORL et de chirurgie de la face et du cou, la perte d’odorat, ou l’anosmie, concerne environ 60% des patients atteints du Covid-19 lors de la vague automnale de la pandémie. Cette perte d’odorat, souvent accompagnée de la perte du goût, est brutale : elle se manifeste chez les malades du jour au lendemain, sans qu’ils aient pour autant le nez bouché.

Source: La 1. faculté de médecine de l’Université Charles

Les études internationales ont démontré que ces troubles étaient plus fréquents en Europe qu’en Asie et qu’elles se manifestaient davantage chez des patients plus jeunes, asymptomatiques ou souffrant des formes moins graves de la maladie.

Bonne nouvelle : environ 90% des patients présentant ce symptôme récupèrent spontanément leur odorat dans le mois suivant l'infection, voire dans les quinze jours, comme l’affirme Milan Sova de la clinique des maladies pulmonaires d’Olomouc :

« Les cellules infectées par le coronavirus, ainsi que celles touchées par la réponse du système immunitaire, ont la capacité de régénérer et de revenir à leur état d’origine ».

Jan Plzák,  photo: ČT24

Quand l'anosmie perdure, les médecins recommandent une rééducation olfactive, censée aussi accélérer la guérison. En République tchèque, les patients convalescents du Covid-19 peuvent participer à une étude de la Société d’ORL. Ils reçoivent gratuitement des feutres olfactifs qui permettent d’évaluer la perte d’odorat. S’en suit alors une stimulation quotidienne et répétée à l’aide de différentes fragrances, comme l’explique le médecin Jan Plzák de l’hôpital pragois de Motol :

« Il faut tout simplement mettre son nez à l’entraînement, comme si on faisait du sport. Il existe quatre parfums de base qui permettent de faire cet exercice : rose, citron, clou de girofle et eucalyptus. Pour favoriser la restauration du système olfactif, il faut les respirer régulièrement. »

L’entraînement doit être effectué pendant environ cinq minutes matin et soir. Il faut toutefois se munir de patience : une rééducation complète dure au minimum huit mois.

Auteurs: Magdalena Hrozínková , Matěj Skalický
mot-clé:
lancer la lecture