De belles saisons d'archéologues tchèques

r_2100x1400_radio_praha.png

Ces derniers temps, les archéologues tchèques ont eu à leur actif plusieurs heureuses découvertes. A noter notamment celle qui a été effectuée par ceux qui sont spécialisés dans l'égyptologie.

L'oasis de Biharia est située dans la partie ouest du désert égyptien. C'est dans cette localité que font leurs recherches, depuis six ans, des égyptologues tchèques. Récemment, leurs efforts ont été couronnés d'un beau succès. Ils y ont découvert des objets témoignant de la colonisation de la région, dans la première moitié du troisième millénaire avant Jésus-Christ, à l'époque de bâtisseurs de pyramides : reliefs de bâtiments, céramiques et vases. Pour le chef de l'expédition, Miroslav Barta, il s'agit d'une découverte de taille, puisque attestant le fait que les Egyptiens anciens étaient présents dans la région de l'oasis de Biharia, déjà mille ans plus tôt qu'on ne le supposait. Il estime que la découverte renforcera encore davantage le prestige de l'égyptologie tchèque qui est d'ailleurs considérable et qui est de longue date. On rappellera que dans la partie occidentale du désert égyptien, les scientifiques tchèques avaient déjà fait, dans le passé, d'autres importantes découvertes - villas ou ateliers romains. Remarquables ont été en outre les découvertes que les archéologues tchèques ont faites auparavant à Abousir, lieu de sépulture de pharaons égyptiens.

Un coup d'oeil aussi, chez nos voisins slovaques... Une découverte peut-être moins spectaculaire, mais considérée tout de même comme extraordinaire, a été faite, récemment, par les archéologues, à Bratislava. Elle donne une preuve de la présence des Celtes dans les roches surplombant le Danube. Le correspondant de la Radio tchèque, Lubomir Smatana, précise :

« On supposait qu'il y avait eu une fortification celte, tout ce qui restait à faire, c'était d'avoir des preuves. On s'y attendait depuis le début du siècle écoulé. Les fouilles récemment effectuées démontrent que le territoire de Bratislava représentait un centre économique, militaire et de puissance des Celtes. C'est la tribu des Boïens qui s'y serait trouvée. Les restes de fortifications et les objets qui ont été découverts sous le couvent des clarisses et qui seront désormais examinés par des experts, ne seront présentés au public qu'en de rares occasions. »

Des fouilles et des recherches archéologiques se font, aussi, à de nombreux endroits du pays. C'est naturellement Prague qui présente à cet égard un terrain particulièrement propice. Si le Château de Prague demeure très prisé, il y a également d'autres endroits qui présentent un grand intérêt pour les archéologues, dont la place de la République, lieu actuellement d'importants travaux de bâtiment. Un terrain de près de 1,5 hectares y a été à cette occasion examiné en l'espace de plusieurs années.