Des munitions tchèques pour les combattants kurdes d’Irak

Photo illustrative: dyet / freeimages

Alors que l’Etat islamique (EI) contrôle désormais en Syrie et en Irak un territoire grand comme le Royaume-Uni, les pays occidentaux et leurs alliés de fait dans la région réagissent pour contrer l’avancée spectaculaire des djihadistes. En République tchèque, le ministre de la Défense Martin Stropnický a ainsi validé la livraison de munitions aux Kurdes irakiens menacés par les islamistes.

Photo illustrative: dyet / freeimages
Analyste à l’Institut des relations internationales, Jan Eichler estime que la communauté internationale intervient bien tardivement pour apporter un soutien aux Kurdes vivant en Irak, où, depuis 2005, leur région jouit d’une relative autonomie :

« Cela fait maintenant bien longtemps que les Kurdes ont besoin de cette aide internationale. Je rappellerais simplement qu’ils sont entre 25 et 30 millions dans le monde, soit à peu près autant qu’en République tchèque, en Slovaquie et en Hongrie pris ensemble, et qu’en 1920 déjà, la création d’un Etat kurde leur avait été promise, un Etat qui n’a jamais vu le jour. »

Dans le contexte de la guerre menée en Irak par les Américains et de la guerre civile syrienne, a prospéré dans la région l’organisation armée djihadiste de l'État islamique en Irak et au Levant, devenu récemment l’Etat islamique. Etendant rapidement son territoire, le mouvement radical est aux frontières du Kurdistan irakien que de nombreux Etats occidentaux ont décidé de soutenir par différents moyens. Ainsi, la République tchèque a validé mercredi la livraison de munitions aux combattants kurdes. Le ministre de la Défense Martin Stropnický (ANO) a précisé :

Martin Stropnický, photo: Filip Jandourek, ČRo
« Notre mission est d’acheminer des munitions sur un aéroport désigné. Nous ne savons pas encore si nous collaborerons avec la République fédérale d’Allemagne à cette fin. Mon collègue Lubomír Zaorálek, le ministre des Affaires étrangères, a rencontré son homologue allemand Frank-Walter Steinmeier et les Allemands auraient plutôt intérêt à une répartition des livraisons. Quoi qu’il en soit, les Américains, dont les capacités sont plus importantes, gèreront la logistique de l’opération. »

Ces munitions pour kalachnikov et mitrailleuse, issues essentiellement des stocks les plus anciens de l’armée tchèque, représentent tout de même une valeur de 41 millions de couronnes (soit près de 1,5 million d’euros) et un poids de 500 tonnes. Dans le lot, on trouve également des roquettes et des grenades à main. Voilà qui ne devrait pas être de trop pour faire face à l’Etat islamique selon Jan Eichler :

Des soldats kurdes, photo: Boris Niehaus, CC BY-SA 3.0 Unported
« Pour les Kurdes, ces militants radicaux sont très dangereux principalement du fait de vieilles rancœurs qui datent notamment de la période où ils souffraient sous le joug de Saddam Hussein. La façon dont les ressources naturelles ont été divisées est également un problème qui ressurgit. Sur le territoire où vivent les Kurdes, il y a des ressources très importantes en pétrole et en eau. »

En plus des Allemands, les Britanniques et les Italiens envisagent également d’armer les Kurdes. Français et Américains sont eux déjà intervenus dans ce sens.