Deux fêtes nationales en République tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

Prague a été presque vide, ces mercredi et jeudi. Les citadins ont profité des deux fêtes nationales pour quitter leurs domiciles et pour prolonger ainsi leurs week-ends... Les festivités accompagnant la fête des apôtres Cyrille et Méthode et celle de Maître Jan Hus n'ont pourtant rien eu à envier aux années précédentes.

Prague a été presque vide, ces mercredi et jeudi. Les citadins ont profité des deux fêtes nationales pour quitter leurs domiciles et pour prolonger ainsi leurs week-ends... Les festivités accompagnant la fête des apôtres Cyrille et Méthode et celle de Maître Jan Hus n'ont pourtant rien eu à envier aux années précédentes. Bien au contraire. Elles ont été solennelles et dignes. Et, surtout, marquées par la bonne volonté, à l'occasion du Grand Jubilé, de s'acquitter honnêtement du passé. L'oecuménisme semble donc être, pour l'ensemble des chrétiens dans le pays, l'un des défis principaux pour le troisième millénaire. Ceci a été souligné, d'abord, à Velehrad, haut lieu de pèlerinages nationaux, où une grande messe devant des milliers de pèlerins a été célébrée, mercredi, par le cardinal Miloslav Vlk. C'est dans cet esprit, aussi, que l'on a parlé jeudi, pendant la messe dans la chapelle de Bethléem de Prague, dans laquelle Jan Hus avait prêché, et qui a réuni des centaines de fidèles.