« Dire ce que la salive apporte sur la langue »

r_2100x1400_radio_praha.png

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem milovníkům češtiny Radia Praha ! Après les yeux et la bouche dans notre dernière émission, c'est cette fois avec la langue - jazyk, que nous allons poursuivre notre présentation des expressions de la langue tchèque relatives au corps humain. La langue qui, comme tout le monde le sait, est à la fois l'organe du goût mais aussi et surtout de la parole comme nous allons le constater.

Commençons donc avec une des expressions parmi les plus courantes : « držet jazyk za zuby ». Traduit littéralement, cela nous donne « tenir la langue derrière les dents ». En français, on dira plutôt « garder bouche cousue », c'est-à-dire « se taire » ou garder un secret. En tchèque, il existe plusieurs façons différentes dans la forme mais similaires sur le fond d'exprimer cette pensée. Ainsi, on peut dire également « mít jazyk na řetězu », soit « avoir la langue enchaînée », ou encore « mít jazyk na uzdě » - « avoir la langue bridée ». Dans tous les cas, cela signifie « tenir, avaler sa langue ». Des façons de s'exprimer qui ne sont pas très éloignées non plus de l'expression « mít svázaný jazyk », soit « avoir la langue liée ». Dans ce cas-là, il est toutefois parfois quand même nécessaire de « délier la langue » - « rozvázat jazyk », surtout quand la personne en question a quelque chose à dire, « má to na jazyku », ce qui signifie qu'elle a quelque chose sur la langue et équivaut à l'expression française employée lorsque l'on connaît un mot, mais qu'on ne peut plus s'en rappeler au moment précis où l'on parle, « avoir un mot sur le bout de la langue ». Généralement, ceux qui, si l'on s'en tient à l'expression tchèque, « disent tout ce qui leur vient à la langue » - « řeknou, co jim přijde na jazyk », soit plus précisément « dire ce qui leur passe par la tête », ne connaissent pas ce genre de problèmes. Tout comme ceux que « la langue démange » - « svědí ho jazyk », ou que, autre expression synonyme, « quelque chose le brûle sur la langue » - « něco ho pálí na jazyku ». Mais souvent, mieux vaut que la langue démange, se taire, et « faire attention à sa langue » - « dát si pozor na jazyk », plutôt que de dire quelque chose et ensuite le regretter, « s'en mordre la langue » - « kousat se do jazyka ».

La deuxième, qui a recours a une rime, est tout aussi expressive : « zlé jazyky ». Nous ne pouvons donc qu'en retenir que quelques-unes. Comme en français, on trouve les langues de serpent ou de vipère qui, en tchèque, sont toutefois qualifiées d'empoisonnées - « jedovatý jazyk », ou de pointues « špičatý jazyk ». Mais mentionnons plus particulièrement celle-ci, d'un sens similaire, quoique de nature différente : « babské jazyky », qui désigne les langues de vieilles femmes ou plutôt de celles qu'on appelle méchamment les « bonnes femmes ». En tchèque, le mot « baba », duquel provient l'adjectif « babské », peut avoir, en effet, une connotation fortement péjorative, surtout si l'adjectif « stará » - « vieille », le précède. Il sert alors à désigner ces bonnes femmes d'un certain âge, hypocrites, qui aiment critiquer, se plaindre, parler méchamment sur le dos des autres. Bref, des bonnes femmes qui aiment les commérages. Notons d'ailleurs que commérages, en tchèque, se dit « babské řeči », soit « discussions, paroles, dires de bonnes femmes ». Précisons encore qu'il existe également une autre expression très intéressante pour désigner les méchantes langues. Les Tchèques disent quelquefois tout simplement « bát se lidských jazyků », soit « craindre, redouter les langues humaines ». Pour bien comprendre le sens de cet idiome, il suffit de mentionner deux expressions très ressemblantes. La première : « jiné má na srdci, jiné na jazyku », soit « avoir quelque chose sur le coeur et autre chose sur la langue ». Cette expression désigne, bien entendu, les personnes fausses, fourbes, faux jeton, qui ne disent pas la vérité et ne parlent pas franchement, en toute honnêteté. « na jazyku nosí med a v srdci kryje jed », soit littéralement « il porte du miel sur sa langue mais cache du poison dans son coeur ». Une formule très proche d'une autre que nous avions découverte il y a de cela quelque temps « mít v ústech med a v srdci jed » - « avoir du miel sur les lèvres et du poison dans le coeur ». Enfin, terminons avec deux très belles expressions. La première d'entre-elles veut que de quelqu'un qui parle beaucoup, sans hypocrisie ou sans forcément réfléchir aux conséquences que ses paroles pourraient avoir, on dise « mluví, co slina na jazyk přinese », soit « il dit ce que la salive lui apporte sur la langue ». Quant à la seconde, elle fait référence à une personne qui mange trop avidement : « jí, div si jazyk neukousne », une expression difficile à traduire, mais qui nous donne quelque chose comme « il mange avec une telle avidité qu'il serait surprenant qu'il ne se morde pas la langue ».

C'est ainsi que prend fin ce « Tchèque du bout de la langue » consacré aux expressions de la langue tchèque relatives à la langue en tant qu'organe. En attendant de faire de nouvelles découvertes dès la semaine prochaine, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !