Disparition de l'historien tchèque, Josef Polisensky

r_2100x1400_radio_praha.png

L'un des plus grands historiens contemporains tchèques et professeur émérite de l'Université Charles de Prague, le docteur Josef Polisensky, est décédé, jeudi, à l'âge de 85 ans. On perd en lui un spécialiste reconnu de l'histoire tchèque, mais aussi britannique, néerlandaise et latino-américaine. Jaroslava Gissubelova.

Né le 16 décembre 1915 à Prostejov, Josef Polisensky a étudié l'histoire et l'anglais à la faculté des lettres de Prague où il est resté, après la Seconde Guerre mondiale, d'abord comme assistant, plus tard comme professeur de l'histoire générale. En 1964, il a enseigné pendant un an à l'Université de Santiago de Chili et visité plusieurs pays d'Amérique Latine. L'intérêt et l'amour pour ce continent l'ont conduit à la fondation, en 1966, de l'Institut d'études ibéro-américaines.

La vaste étendue de ses centres d'intérêt scientifique comprend l'histoire tchèque et mondiale des XVIe - XIXe siècles: la période de la guerre de Trente Ans, la personnalité de Comenius, les guerres napoléoniennes, l'histoire de l'exil tchèque, mais aussi, par ex., l'histoire des rapports tchéco-anglais, l'histoire des Pays-Bas, de l'Espagne, du Portugal, d'Amérique Latine. Josef Polisensky est auteur de plus de 120 travaux basés sur la connaissance des archives tchèques et étrangères, travaux aussi bien scientifiques que ceux destinés au large public. Historien respecté à l'échelle internationale, Josef Polisensky a été membre de l'Académie des sciences des Pays-Bas et d'Autriche et lauréat, entre autres, de l'Ordre mexicain de l'aigle aztèque et du prix autrichien Anton Gindely.