En 2015, un manquement a été constaté dans la moitié de produits textiles contrôlés

Foto: Kristýna Maková

Tout au long de l’année précédente, l’Inspection tchèque du commerce (ČOI) a mené des investigations d’envergure dans le secteur de la vente de produits textiles. Elle a constaté des manquements dans 1893 sur 3607 contrôles effectués, soit dans plus de 52,5 %. Il s’agissait le plus souvent du défaut d’affichage des prix ou des faux étiquetages concernant la composition.

Photo illustrative: Kristýna Maková
Le plus grand nombre d’infractions ont été enregistrées auprès des petits commerçants et sur les marchés. Outre des informations trompeuses ou incomplètes, les vendeurs violaient le plus souvent l’obligation de fournir au consommateur le ticket de caisse permettant, en cas de besoin, de déposer une réclamation.

« L’Inspection tchèque du commerce a été très surprise par le fait que les consommateurs sont trompés souvent déjà par les fabricants du textile car certains parmi eux affichent sur l’étiquette que le produit est fabriqué d’un matériel et il ne l’est pas », a indiqué le porte-parole de l’institution, Jiří Fröhlich. L’existence des pratiques similaires confirme également Pavel Malčík de l’Institut expérimentale du textile qui estiment que ces pratiques trompeuses sont motivées notamment par des raisons financières car les producteurs sont ainsi capable d’économiser tout un vendant le produit à un prix plus élevé.

Afin de sanctionner ces manquements, l’Inspection tchèque du commerce a octroyé en 2015 près de 1600 amendes, pour une somme totale de près de 10 millions de couronnes, soit environ 370 000 euros. A l’occasion de 708 contrôles, les enquêteurs ont également interdit, pour non-conformité à la norme, la vente de plus de 6000 produits au montant totale de 1,5 millions de couronnes (55 500 euros).