Energies renouvelables

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

L'écologie est désormais une constante dans l'actualité. Et bien entendu, elle est de plus en plus amenée à opérer un mariage de raison avec l'économie. Les intérêts ne sont pas toujours contradictoires. Focus sur l'énergie renouvelable et le transport aérien.

Photo: Commission européenne
Des critiques se sont récemment faites entendre contre les émissions de carbone causées par le transport aérien. Depuis 2000, le trafic des liaisons Londres-Prague, pour ne prendre qu'un exemple, a doublé. Pour les organisations tchèques de protection de l'environnement, il est urgent d'utiliser des moyens de transports alternatifs, comme le bateau, le train, ou le bus. Mais aussi de modifier les habitudes de vacances. Ainsi voyager moins mais rester sur place plus longtemps. Une proposition qui prend tout son sens quand on sait que le moyenne d'un séjour touristique à Prague ne dépasse pas 3 jours...

Plusieurs compagnies aériennes ont entrepris des campagnes de sensibilisation, communiquant aux passagers les taux d'émission de carbone de leur vol. Ce n'est pas encore le cas de la compagnie tchèque CSA mais British Airways a inauguré une éventuelle tendance. Le risque en terme d'impact économique paraît peu élevé car de nombreux touristes restent hésitants à l'idée de passer plus de 15 ou 20 heures dans un bus.

CSA a annoncé qu'elle comptait aussi, dans un future proche, s'engager dans ce réinvestissement de taxes volontaires sur les émissions de dioxyde de carbone. Mais ce ne sera pas avant 2011. Rappelons que les vols sur Prague sont en constante augmentation : 19 % en plus entre 2005 et 2006.

Les chiffres montrent que la problématique est toute légitime. Si les taux d'émission de CO2 ont augmenté, dans l'UE, de 3 % dans les années 1990, les émissions strictement liés aux voyages aériens se sont accrus de 70 % ! Et l'aéroport de Prague Ruzyne prédit que le cap des 10 millions de passagers devrait être franchi cette année.

L'idée est de réutiliser l'argent de cette taxe volontaire pour la protection des forêts de la Sumava ou des Krkonose. En effet, sous le communisme, la pollution industrielle avait provoqué des pluies acides qui avaient sévèrement touchés certaines forêts de Bohême. Plusieurs milliers d'hectares ont déjà pu être sauvés mais le problème existe toujours.

Si le transport aérien n'est pas en Bohême la première source d'émission de C02 - la production énergétique tient ce rôle - le ministère de l'Environnement chercherait des solutions pour réduire ce taux. Mais sans en arriver à une taxe obligatoire sur les voyageurs individuels.

Autre enjeu d'avenir aux frontières de l'écologie et de l'économie : l'énergie renouvelable. Celle-ci attire l'attention de nombreux entrepreneurs. Si l'énergie solaire ne semble pas déterminée à jouer un rôle majeur à court terme, plusieurs entreprises tchèques ont déjà investi des millions de couronnes dans des projets similaires. Les professionnels du secteur pensent que d'ici 2010, l'énergie solaire représentera environ un dixième de la production d'énergie en République tchèque. La tendance actuelle est plutôt aux biomasses pour l'énergie. La production a augmenté de 30 % en 2006. Mais de quoi parle-t-on ? Il s'agit d'organismes biologiques non vivants, qui peuvent servir de fuel industriel. Autre support, les éoliennes, qui utilisent l'énergie du vent, sont aussi privilégiées et leur utilisation a doublé en 2006. Quant à l'énergie hydraulique, elle aurait déjà, selon les experts, atteint le maximum de ses capacités en République tchèque.

Des unités de production de biomasses peuvent mettre jusqu'à cinq ans pour voir le jour. D'ailleurs Energy 21 voit déjà l'avenir en termes européens puisque la société compte investir dans des projets d'énergie renouvelable en Slovaquie, Bulgarie, Ukraine et Espagne.

Cela n'empêche pas certaines compagnies de tabler sur l'énergie solaire. Le projet le plus spectaculaire est sans doute celui d'Energy 21, un producteur morave qui compte investir, d'ici la fin de l'année, 11 millions d'euros pour des installations d'énergie solaire. Il faut dire que l'énergie solaire fait l'objet d'une maîtrise de plus en plus grande, tant en termes technologiques qu'économiques. Et elle présente des avantages certains. Il faut ainsi dix mois pour concevoir et construire une unité de production d'énergie solaire.

Pour l'instant, la République tchèque a un retard certain à rattraper dans ce domaine. L'Allemagne voisine a ainsi investi plus de 5 milliards d'euros dans l'énergie solaire depuis la fin des années 1990. Les conditions climatiques restent pourtant favorables en Bohême et Moravie, où le taux d'ensoleillement permet d'exploiter cette technique. La société Korowatt, qui possède la plus grande installation d'énergie solaire dans le pays, a enregistré, avec cet été particulièrement chaud, des records de production.