Faut-il craindre la listeria?

La listeria... La bactérie de ce nom, dont la majorité des Tchèques ignoraient jusque-là l'existence, a réussi à éclipser ces derniers jours de la une des médias les soubresauts sur la scène politique nationale.

Depuis la semaine dernière, les hygiénistes sonnent l'alarme, en raison de la prolifération de la bactérie listeria, en République tchèque. Les personnes souffrant de maladies chroniques, les femmes enceintes et les nouveau-nés sont les premiers concernés par cet avertissement... Comparé à la moyenne annuelle d'une vingtaine de cas de listériose détectés, 47 cas ont été constatés cette année, causant la mort de trois personnes et d'un nourrisson, tandis que l'infection a tendance à se propager. Le problème est d'identifier ses sources, d'où de nombreux contrôles rigoureux qui sont mis en place dans tout le pays, aux niveaux de la production, de la distribution et de la vente des produits alimentaires. Renata Vaverkova, épidémiologiste de la région de Moravie du sud où la listériose a fait une forte apparition, précise :

« Nous essaierons de réaliser tous les contrôles nécessaires sur le terrain, avant les fêtes de Noël ou, au plus tard, avant le Nouvel An. C'est clair : pendant les fêtes, les gens mangent beaucoup et souvent des produits qui s'annoncent délicats. Il faut donc agir très vite ».

Les produits laitiers et surtout les fromages à pâte molle, certains salamis ou pâtés se présentent comme les principaux aliments à risque. Plusieurs produits, dont le fromage appelé Baladur, ont déjà été retirés du circuit de vente. En dépit de la situation qui est largement médiatisée, la population ne semble pas paniquer ou encore moins vouloir renoncer à ses plaisirs gastronomiques. Le fait que les Tchèques font en général confiance au système de contrôles alimentaires qui existe dans le pays - et pour cause, selon beaucoup d'experts - y joue, aussi, un rôle important. Ce n'est pourtant que l'avenir qui montrera si, malgré les prévisions assez optimistes, la listériose n'entrera pas dans le vocabulaire courant, à côté de ses consoeurs plus connues, qui s'appellent salmonélose, grippe aviaire, vache folle...