Foot - Coupe UEFA : première malheureuse pour le Slavia

Photo: CTK

Le Slavia Prague et ses deux Français disputaient leur premier match de groupe en Coupe de l’UEFA, jeudi soir. Dans son stade d’Eden, le dernier représentant tchèque en coupes d’Europe cette saison s’est incliné (0-1) contre les Anglais d’Aston Villa.

Photo: CTK
Entrée en matière ratée, donc, pour les Pragois. Avec un seul de ses deux Français, Mickaël Tavares, titulaire au coup d’envoi, le Slavia s’est incliné contre le célèbre club de Birmingham, qui grâce à cette victoire, la deuxième en deux rencontres, a, lui, d’ores et déjà pratiquement assuré sa qualification pour les huitièmes de finale.

Malgré de nombreuses occasions en seconde période, les Tchèques n’ont jamais su répondre au but anglais inscrit en milieu de première mi-temps par l’ancien attaquant norvégien de Lyon, John Carew. Une déception forcément pour le Slavia, comme en convenait à l’issue du match Mickaël Tavares :

Photo: CTK
« Oui, c’est clair, surtout que je pense que c’était une équipe à notre portée. On est bien rentrés en deuxième mi-temps, on a poussé, je pense qu’on méritait de marquer, mais on n’a pas eu de réussite. C’est dommage. »

Le Slavia a pris le match par le bon bout. On a senti une réelle envie d’aller de l’avant pendant le premier quart d’heure et puis ensuite on a vu que vous aviez des difficultés à récupérer et à conserver le ballon. Finalement, c’est Aston Villa qui a plus ou moins fait ce qu’il voulait en première période et qui a logiquement ouvert le score…

« Oui, c’est une bonne analyse. On est bien rentrés dans le match avant de prendre un but assez stupide qui nous a mis un peu dedans. Je pense qu’on avait un peu de pression, on se précipitait sur les derniers gestes. C’est ce qu’on a changé en deuxième mi-temps. »

On a eu l’impression que le milieu de terrain du Slavia était absent en première mi-temps. Qu’il était, comme on dit, partout et nulle part à la fois.

Photo: CTK
« C’est vrai qu’on n’était pas présents sur les premiers contacts. On a laissé trop d’espaces à Aston Villa, ce qui leur a permis d’ouvrir le score. En deuxième mi-temps, on a essayé de rectifier le tir. L’entrée de Tijani (Belaïd) a aussi apporté un plus. Mais bon, ça n’a pas suffi et on peut avoir de gros regrets. »

Entré en jeu à la mi-temps, le Franco-Tunisien Tijani Belaïd a effectivement apporté de l’ordre dans l’organisation du jeu tchèque. Et au vu de la seconde période qu’il a largement dominé, le Slavia aurait sans doute mérité d’égaliser. Mais le manque de réalisme et de réussite aura été fatal aux Pragois, comme le reconnaissait Tijani Belaïd, déçu en outre d’avoir débuté la rencontre sur le banc des remplaçants :

Photo: CTK
« C’est certain. Des matchs comme Aston Villa, c’est toujours beau à jouer. Cela dit, je suis quand même entré à la mi-temps et le coach m’a dit qu’il était satisfait de ma prestation. On a perdu, mais je suis quand même satisfait du match du Slavia. Aston Villa, c’est une grosse équipe avec un tout autre budget que le nôtre et je pense que ce soir, on a donné une bonne image du Slavia. Reste l’essentiel, qu’on n’a pas gagné et qu’il le faudra lors des trois prochains matchs. »

L’entraîneur vous a-t-il expliqué les raisons de son choix ?

« Non, pas du tout. De toute façon, quand un footballeur est remplaçant, il doit se taire et se donner à 100 % quand on fait appel à lui. C’est ce que j’ai fait quand je suis entré. J’ai délivré une bonne passe sur laquelle on aurait pu marquer. C’est toute l’équipe qui a mieux joué en deuxième mi-temps. Mais encore une fois, quand une équipe perd, ce n’est jamais beau, surtout contre une équipe comme Aston Villa dans un stade plein à craquer. »

Photo: CTK
Que vous a-t-il manqué pour égaliser en deuxième mi-temps ? Vous avez fait une très bonne demi-heure avec au moins trois ou quatre occasions très nettes et puis on a senti que vous aviez un peu le souffle court à l’approche de la fin du match.

« Personnellement, ça allait puisque je suis entré en jeu à la mi-temps. C’est dur pour une équipe quand elle pousse et n’arrive pas à marquer. En fin de match, c’était dur physiquement. On a quand même réussi à dominer une équipe cinquième de la Premier League et à se créer plusieurs occasions nettes. C’est le point positif et c’est ce qu’il faut retenir pour l’avenir. »

Et l’avenir pour le Slavia Prague en Coupe de l’UEFA, ce sera d’abord un déplacement chez le voisin slovaque de Žilina, le 27 novembre. Pour continuer à croire en la qualification, les Tchèques se devront de gagner avant de recevoir les Allemands d’Hambourg puis de se rendre chez les Néerlandais de l’Ajax Amsterdam.