Foot : Ludovic Sylvestre, champion de République tchèque avec le Sparta

Ludovic Sylvestre, photo: CTK

Arrivé au Sparta Prague sur la pointe des pieds l'été dernier, Ludovic Sylvestre est devenu cette semaine le premier footballeur français sacré champion de République tchèque. Avant qu'il ne reparte en France pour les vacances, le Martiniquais d'origine nous a confié ses impressions sur ce titre :

Ludovic Sylvestre, photo: CTK
« Bien sûr, c'est une grande satisfaction, surtout en sachant que c'est ma première année ici. Le fait que je sois le premier Français à remporter le titre est forcément un plus. C'est quand même quelque chose d'incroyable de pouvoir vivre ça, au moins une fois dans sa vie. Ca restera donc toujours un très bon moment et de très bons souvenirs. »

-Comment se sont passées les célébrations qui ont suivi ce titre de champion ?

« Les célébrations ? (Il se marre) Nous avons beaucoup célébré, surtout que cela faisait très longtemps que le club navait plus remporté la coupe et le championnat en même temps. Du coup, c'est deux fois plus de célébrations, et je pense d'ailleurs qu'elles ne sont pas encore tout à fait terminées... (L'entretien a été réalisé jeudi après-midi, trois jours après le dernier match). »

Ludovic Sylvestre, photo: CTK
-Sur un plan personnel, vous n'avez pas participé à la finale de la Coupe de République tchèque (victoire 2 à 0 contre Jablonec). En revanche, vous avez joué quatre jours plus tard l'intégralité du match décisif pour le titre de champion contre Most remporté 5 à 0 devant un stade plein. Une situation qui résume un peu votre saison puisque vous n'avez pas toujours été titulaire. Quel bilan faites-vous donc de cette saison ?

« Je ne suis pas énormément déçu par mon rôle dans l'équipe. En venant ici, je savais que le coach avait plusieurs joueurs à sa disposition. Il a fait ses choix et c'est vrai qu'il en a parfois préférés d'autres à moi. Ce n'est pas toujours évident à accepter, mais il faut respecter. De mon côté, j'ai continué à travailler, à persévérer pour lui faire savoir que j'étais là aussi. Finalement, mes efforts ont été récompensés en quelque sorte puisque l'entraîneur a compté sur moi lundi dernier, pour un match aussi important. C'est une preuve de confiance et j'en suis très content. Je pense que le match s'est plutôt bien passé et maintenant, il sait que je suis là. C'est très important pour moi. »

-Vous êtes arrivé au Sparta l'été dernier. Dans un premier temps, vous êtes parvenu à gagner votre place, vous étiez titulaire et même parmi les meilleurs lors des premières journées de championnat, et puis il y a eu un changement d'entraîneur et au fur et à mesure vous vous êtes retrouvé sur le banc des remplaçants pour disputer les fins de matchs. Savez-vous ce que l'entraîneur vous reproche ?

Photo: CTK
« Nous en avons un peu parlé avec l'entraîneur. Il m'a dit que pour lui, les championnats tchèque et espagnol (Sylvestre évoluait au FC Barcelone la saison dernière) étaient différents et que le football tchèque était plus dur. Il pense que j'ai un jeu plus latin, que je joue plus au ballon. Il m'a donc demandé d'être patient, de m'adapter et d'assimiler le style de jeu pratiqué ici. Tout cela n'empêche pas qu'il a toujours compté sur moi et, je le répète, c'est important. »

-Le club compte-t-il sur vous également pour la saison prochaine ?

« Oui, c'est ce qu'ils m'ont dit. Pour moi, les choses sont claires : je serai encore au Sparta la saison prochaine. »

-Lundi soir, pour la dernière journée de championnat, vous étiez deux Français sur la pelouse : vous dans le camp du Sparta et Noël Alexandre Mendy sous le maillot de Most. Avez-vous eu l'occasion d'échanger quelques mots et suivez-vous le parcours de Mendy ?

« Nous avons un peu discuté ensemble avant le match. Il savait que nous jouions le titre, mais eux étaient aussi très motivés. Comme toutes les autres équipes du championnat, ils voulaient faire un bon match et un résultat contre le Sparta, surtout devant des tribunes pleines. Mais bon, ça nous a plutôt souri. Pour le reste, je suis forcément les autres Français qui jouent ici en République tchèque. On arrive toujours à parler un peu ensemble, à se soutenir et c'est vraiment très bien comme ça. »

-Et que vous êtes-vous dit avant le match ?

« Je lui ai dit d'y aller doucement, qu'il ne nous gâche pas la fête et nous laisse gagner le championnat. Finalement, nous avons fait un grand match, eux sont passés à côté, donc tant mieux pour nous ! »