Foot - Mickaël Tavares, champion avec le Slavia : « Pour nous deux, Français, c’est magnifique »

Mickaël Tavares et Tijani Belaïd, photo: CTK

Après Ludovic Sylvestre avec le Sparta Prague la saison dernière, Mickaël Tavares et Tijani Belaïd sont devenus, samedi dernier, les deuxième et troisième joueurs français à être sacrés champions de République tchèque de football, cette fois avec le grand rival du Sparta, le Slavia Prague. A l’issue de cette saison historique pour le Slavia, marquée également par une première participation à la phase de groupes de la Ligue des champions et l’inauguration de son nouveau stade de 21 000 places, c’est donc un bilan forcément positif qu’a dressé Mickaël Tavares au micro de Radio Prague.

Mickaël Tavares et Tijani Belaïd, photo: CTK
« Tout a bien commencé avec d’abord une qualification en Ligue des champions. Après, on a fait une bonne saison en championnat durant laquelle on est pratiquement toujours restés premiers. Puis le Sparta nous a dépassés à cinq journées de la fin et c’est vrai qu’on l’avait un peu en travers de la gorge. Mais il y a eu l’inauguration du stade et quelques matchs qui se sont mieux passés pour nous et moins bien pour le Sparta. On a alors su reprendre la première et on a continué à croire au titre. Finalement, cette fin de saison mouvementée nous a permis d’être champions. Je pense que c’est vraiment mérité sur l’ensemble de la saison. Le bonheur est accentué par le fait que ça faisait douze ans que le Slavia attendait ce titre. Pour nous deux, les Français, c’est magnifique. On arrive, on fait la Ligue des champions pour la première fois dans l’histoire du club, on est sacrés champions… C’est bien pour tout le groupe mais plus encore pour nous, les deux premiers Français au Slavia Prague. »

-A la trêve hivernale, vous possédiez cinq points d’avance sur le Sparta, votre premier poursuivant. A trois journées de la fin du championnat, c’est le Sparta qui possédait quatre points d’avance sur le Slavia. On pensait alors que tout était joué et que le Sparta allait conserver son titre. Finalement, vous êtes parvenus à renverser la vapeur. Que s’est-il donc passé sur ces derniers matchs et comment expliquez-vous cette deuxième partie de saison compliquée pour le Slavia ?

« Vous savez, une saison de foot est très longue et rien n’est jamais gagné. On savait que le Sparta n’allait rien lâcher, même si c’est vrai qu’on a perdu beaucoup de points bêtement avec pas mal de matchs nuls à l’extérieur. Et puis on a eu une période très difficile avec les deux penaltys manqués à Plzeň et notre première défaite à domicile contre le Viktoria Žižkov. Même moi, comme tout le monde d’ailleurs, je pensais que c’en était alors fini pour le titre. Mais comme je vous le dis, tout est possible dans le foot. Le Sparta a perdu ses deux matchs à domicile, il est vrai difficiles, contre Brno et Ostrava qui, eux, devaient gagner pour terminer troisième et se qualifier pour la Coupe UEFA. Mais c’est bien, ce suspense a contribué à donner une belle fin de championnat. »

Vous pourrez entendre plus longuement Mickaël Tavares, footballeur français sacré champion de République tchèque avec le Slavia Prague, dans la prochaine rubrique sportive, lundi.