Football-reprise du championnat sur fond de coronavirus : « C’est flippant »

Photo: @el_loko74, CC BY 4.0

Après la Bundesliga, le championnat tchèque de football est le prochain à reprendre en Europe, avec ce samedi un premier match entre Teplice et Liberec. Cette reprise est perturbée par l’annonce cette semaine de deux cas positifs au Covid-19 parmi les joueurs de la Fortuna Liga, dont un au Slavia Prague, le club d’Ibrahim Traoré. Juste avant de repasser un test ce vendredi, le milieu de terrain ivoirien de l’actuel leader du championnat interrompu a répondu aux questions de RPI.

Ibrahim Traoré, photo: Guillaume Narguet

Comment ça va à Prague ?

Ibrahim Traoré : « Ça va. Depuis le mois de mars on était en confinement. Au fur et à mesure la situation s’est améliorée et donc on a pu reprendre les entraînements… »

Comment s’est passé ce confinement pour vous, après avoir été obligé d’arrêter les entraînements et les matches du jour au lendemain ?

Photo: @el_loko74, CC BY 4.0
« Franchement, ça a été difficile. On était en pleine saison et on a dû rester à la maison à cause du Covid-19. Nous avons eu des programmes d’entraînement que nous ont envoyés les préparateurs physiques du Slavia pour faire des exercices, du jogging aussi pour ceux qui pouvaient sortir… »

Le confinement est-il particulièrement difficile à vivre quand on est loin des siens et de son pays ?

« Oui, pour nous les étrangers c’est encore plus difficile. Nous sommes seuls, nos parents ne sont pas là, franchement c’était difficile… On essayait d’avoir régulièrement des nouvelles de la famille par téléphone, mais c’est compliqué. »

Comment s’est passée la reprise récente de l’entraînement pour vous ?

« Pour moi personnellement ça n’a pas été trop difficile, parce que j’avais continué à m’entretenir physiquement à la maison. Pour nous les joueurs, reprendre l’entraînement était bienvenu, on était tous content d’être là et d’enfin rejouer, de retoucher au ballon ! »

"Personnellement je commence à avoir un peu peur"

Photo illustrative: Fernando Zhiminaicela/Pixabay, CC0
Près de 1500 joueurs et membres des staffs des clubs ont été testés au Covid-19 en Tchéquie et deux cas se sont révélés positifs cette semaine - un à Mladá Boleslav et un joueur chez vous, au Slavia Prague. Comment avez-vous réagi et comment a réagi votre club ?

« Lundi on a fait un test et mardi on devait jouer un match amical. Mardi matin au réveil, j’ai reçu un message disant qu’un de nos joueurs était positif. J’ai paniqué, parce qu’on était tous ensemble dans les vestiaires et que même si on prend certaines précautions, les entraînements et matchs se font évidemment sans distanciation sociale… Donc il y avait une certaine peur. Le club a annulé directement tous les entraînements et matchs amicaux prévus. Depuis lundi nous sommes confinés à la maison en attendant un nouveau test ce vendredi. »

Cela vous a fait peur ?

« Oui bien sûr. Quand j’ai reçu l’information, au début ils n’ont pas donné le nom du joueur contaminé, donc tout le monde se pose la question de savoir si on est soi-même le cas positif. Après ils ont donné le nom de la personne, mais ça fait un peu peur quand même. Maintenant on attend de savoir si d’autres parmi nous ont été contaminés. C’est flippant, c’est flippant... »

Appréhendez-vous la reprise du championnat et le fait d’avoir à disputer des matchs ?

« Personnellement je commence à avoir un peu peur. Comme vous l’avez dit, une série de tests a été effectuée dans tous les clubs et si après les tests de ce vendredi nous sommes négatifs nous serons obligés de jouer et de terminer la saison. »

La Ligue tchèque de football a décidé que les matchs se dérouleront devant un public très réduit, entre 100 et 150 personnes maximum. Est-ce que ça change la donne pour vous ?

Photo: Guillaume Narguet
« Franchement ça change beaucoup. Nous, au Slavia, nous sommes habitués à jouer devant 12 000 spectateurs à domicile, donc ça change vraiment la donne de jouer à huis clos. On est obligé de faire avec mais les fans c’est le douzième homme. Le football sans le public, ce n’est pas la même chose, il y a vraiment un manque. »

Cette saison est résolument extraordinaire…

« Oui, ce n’est pas facile. On était en pleine saison, avant d’être obligé de faire une pause. Maintenant, au moment où nous aurions dû partir en vacances après la fin de la compétition, nous devons la reprendre. Mais c'est comme ça et on va essayer de terminer la saison… »

...Et de remporter ce championnat, puisque le Slavia est toujours en tête avec huit points d’avance sur Plzeň avant la reprise…

« Bien sûr, notre objectif reste de remporter le titre et on va tout faire pour être champion. »