Forum 2000 : le dalaï-lama et Suu Kyi honorent le legs de Václav Havel

Le dalaï-lama, photo: CTK

La conférence internationale du Forum 2000 a commencé ce dimanche à Prague et se poursuit sur trois jours jusqu’au mardi 17 septembre. Sa dix-septième édition est consacrée aux « Sociétés en transition », une thématique toujours d’actualité qui était chère au fondateur du Forum, l’ancien président Václav Havel. Grâce à son prestige et à sa renommée internationale, la conférence attire chaque année des invités de marque. Parmi eux cette année, le dalaï-lama, le leader spirituel tibétain, et Aung San Suu Kyi, figure de l’opposition non-violente birmane, lauréate du prix Nobel de la paix.

« Le monde dans lequel nous voulons vivre », « Etat de droit et démocratie », « Les médias et la démocratie »… voici quelques titres des précédentes éditions du Forum 2000, qui est désormais une des conférences internationales les plus réputées en République tchèque. Le directeur de la fondation Forum 2000, Jakub Klepal explique le choix du thème de cette dix-septième édition :

Jakub Klepal, photo: Kristýna Maková
« Après la précédente conférence du Forum 2000, nous avons beaucoup réfléchi sur la façon de renouer avec son succès ainsi qu’avec l’héritage de Václav Havel. Nous étions déterminés à puiser dans ses idées et à poursuivre ses efforts. Pour cela, nous avons choisi un thème qui se trouvait au cœur de la réflexion de Václav Havel : les sociétés en transition, c’est-à dire comment une société, à partir d’un régime autoritaire, évolue vers une démocratie libérale. Il s’agit là d’un sujet d’actualité comme le montre au quotidien le processus turbulent des transitions égyptienne ou birmane dont le déroulement s’accompagne de difficultés et de conflits. »

L’édition 2013 est la seconde qui se déroule en absence de son fondateur et père spirituel, Václav Havel, l’ancien président tchèque, décédé en décembre 2011. Mais, celui-ci a participé à des travaux préparatifs de l’édition 2012 et en a également conçu la thématique principale. C’est donc d’une certaine façon une première pour les organisateurs du Forum 2000. Jakub Klepal explique comment ils se positionnent par rapport à l’héritage de Václav Havel :

Le dalaï-lama, photo: CTK
« Nous essayons de ne pas construire un monument à Václav Havel. Il y a bien d’autres institutions qui se chargent de la sauvegarde de son héritage en tant que personnalité ou encore de son œuvre littéraire. Notre but, c’est de poursuivre l’activité de Forum 2000 en restant fidèles à l’idée de base, c’est-à-dire de donner de l’espace au dialogue au sujet des problématiques importantes liées à la démocratie, la liberté et les droits de l’homme. Il n’est ainsi pas trop difficile de continuer sur la base de ce qu’a entamé Václav Havel. »

La conférence Forum 2000 peut se vanter de proposer des invités de marque qui ajoutent de manière considérable à son prestige et attirent très certainement l’attention du grand public. Jakub Klepal présente deux intervenants qui se trouvent parmi les plus importants cette année :

Aung San Suu Kyi, photo: CTK
« L’invité la plus importante de cette édition du Forum 2000 est Aung San Suu Kyi, leader de l’opposition birmane, lauréate du prix Nobel de la paix en 1991. Placée en résidence surveillée pendant des années, elle n’a jamais pu se rendre en République tchèque même si Václav Havel l’invitait régulièrement. Il a suivi sa carrière politique pendant tout ce temps, et la soutenait par tous les moyens possibles. Malheureusement, ils ne se sont jamais rencontrés. Le second invité très précieux de la conférence est bien sûr le dalaï-lama qui voyage souvent à Prague et qui intervient régulièrement au Forum 2000. Nous sommes très reconnaissants pour ces deux visites et nous croyons qu’ils enrichiront cet événement. »

Parmi les autres invités de marque se trouvent la chanteuse et activiste américaine Joan Baez, l’ancien président sud-africain, prix Nobel de la paix, Frederik de Klerk, le député polonais au Parlement européen Marek Siwiec ou encore le politologue français Jacques Rupnik.

Comme chaque année, les débats qui se déroulent dans la salle principale à Žofín seront également diffusés en ligne. L’occasion d’assister tout de même à ces échanges pour tous ceux qui n’auraient pas pu s’accréditer à cause du manque des places. Il s’agit là d’un scénario fort possible, si le succès de la conférence de l’année passé est à nouveau au rendez-vous.