Gratias Agit 2007

Photo: Martina Stejskalova
0:00
/
0:00

Une fois par an, le ministère des Affaires étrangères décerne les prix « Gratias Agit », qui viennent récompenser des personnes ou des associations qui contribuent à donner une bonne image de la République tchèque à l'étranger. Cette année il y a 17 lauréats, dont un des Tchèques les plus célèbres dans le monde, le réalisateur Milos Forman, à qui le prix avait été remis en mars dernier à l'occasion de son 75e anniversaire.

Photo: Martina Stejskalova
Mardi soir, la cérémonie s'est déroulée au ministère des Affaires étrangères, en présence du chef de la diplomatie Karel Schwarzenberg, qui a tenu à remercier personnellement ces amis de la République tchèque. Parmi eux, une Française, Irène Bizot, ancienne présidente de l'Association Inter Musées et Monuments:

Vous avez été présentée ici comme une représentante officieuse de la Tchécoslovaquie en France. A quand remontent vos liens avec le pays ?

Irène Bizot, photo: Martina Stejskalova
« Ils remontent assez curieusement à 1968, quand la Tchécoslovaquie a participé à une exposition sur l'Europe gothique au Louvre. Exposition qui a été un peu secouée par les événements de mai 1968 en France, fermée quelque temps puis réouverte. C'était la première fois que la Tchécoslovaquie prêtait une exposition du Conseil de l'Europe. Cette exposition durait de mars à août, et je suis allé à Prague du 11 au 18 août 1968... »

Trois jours après, les chars soviétiques arrivaient dans Prague...

« Voilà, j'ai donc connu - très brièvement - l'ère Dubcek, ai rencontré énormément de collègues, tous très hospitaliers, parce qu'on avait déjà eu ces problèmes en mai quand ils avaient eu peur pour leurs oeuvres. J'ai passé huit jours divins à visiter les musées avec tous mes collègues. Et puis je suis rentrée à Paris, et j'ai appris à la radio ce qui s'était passé... Cela m'a collé un espèce de traumatisme... et depuis je suis devenu un agent officieux des Tchèques à Paris. »

Vous pourrez écouter la suite de l'entretien avec Irène Bizot dans notre émission de vendredi.

Chanan Rozen, photo: Martina Stejskalova
Parmi les autres lauréats du prix Gratias Agit cette année, il y avait également l'Israélien Chanan Rozen, né Valtr Rosenzweig en 1918 à Ostrava, fondateur de la Ligue d'amitié israélo-tchécoslovaque, devenue la société des amis Israël-Tchéquie-Slovaquie. Depuis 1993, il est consul général honoraire de la République tchèque :

« Je ne cache pas mon émotion, je ne m'attendais pas à me voir décerner ce prix. Mais je dois dire que cela me fait plaisir de le recevoir, parce que c'est une partie de ma vie, les efforts de presque toute ma vie qui sont ainsi récompensés. »

Les prix Gratias Agit étaient décernés ce mardi pour la dixième fois. C'est en 1997 que cette tradition avait été instaurée par le ministère des Affaires étrangères pour remercier tous ceux qui contribuent à la bonne réputation de la République tchèque à l'étranger.