Inondations 2013 : accalmie à Prague, inquiétude dans le nord de la Bohême

Ústí nad Labem, photo: CTK

Après trois jours d’inondations d’une rare ampleur en Bohême, le niveau de la Vltava s’est stabilisé. Il a culminé à Prague en début de matinée mardi. En revanche, celui de l’Elbe, dans le nord du pays, devrait encore augmenter jusqu’à mercredi matin au moins et plusieurs localités situées sur son cours s’attendent à une crue historique. Le bilan humain provisoire a été porté à huit victimes tandis que les dégâts causés par cette montée des eaux se chiffreront très probablement en milliards de couronnes.

Ústí nad Labem, photo: CTK
Une crue vicennale à Prague, potentiellement centennale à Ustí nad Labem : les inondations qui touchent la Bohême depuis dimanche resteront comme les précédentes dans les annales et annoncent une réflexion nouvelle sur les moyens mis en œuvre pour dompter les caprices de la nature depuis l’historique montée des eaux de 2002 ; une catastrophe que les Tchèques gardent forcément à l’esprit pour évaluer les inondations auxquelles ils sont aujourd’hui confrontés.

Attendu pour mardi matin à l’aube, le niveau maximal de la Vltava a été atteint à Prague à 6h00 avec un débit de 3 210 m3/ seconde. La situation a été compliquée par le débit très important de la Berounka, un affluent de la Vltava qui traverse notamment Plzeň, en Bohême de l’Ouest. Le débit de cette rivière a culminé dans la nuit de mardi à mercredi pour finalement baisser lentement mais sûrement, tandis que le niveau de la Vltava s’est lui stabilisé. En charge provisoirement du fauteuil de maire de la capitale tchèque, le conservateur Tomáš Hudeček (TOP 09) est donc apparu rassurant mardi matin. Au niveau vestimentaire pour commencer, puisqu’il a délaissé le vêtement jaune fluo auto-réfléchissant qu’il arborait lundi, sans doute pour montrer que lui aussi mettait les mains dans le cambouis, pour une association pull chemise des plus classieuses. Tomáš Hudeček appelle toutefois à rester vigilant :

Tomáš Hudeček, photo: CTK
« Il faut prendre conscience du fait que même si la situation, du fait notamment de la météo, semble pouvoir évoluer positivement, le débit de la Vltava reste supérieur à 3 000 mètres cubes par seconde. Plusieurs axes de circulation sont toujours fermés, par exemple le pont de Libeň, qui ne peut plus être emprunté que par les véhicules des services de secours. En ce qui concerne le métro, il doit être fermé à partir d’un débit supérieur à 2 500 mètres cubes si nous ne voulons pas rééditer la catastrophe de 2002. Donc, quand le niveau de la Vltava baisserra – pour l’instant il nous a juste été confirmé que son état s’était stabilisé – nous pourrons progressivement rouvrir le métro, mais ce n’est pas encore d’actualité pour l’instant. »

La circulation restait compliquée à Prague avec la fermeture de nouvelles stations de métro dans le centre-ville. Vingt-neuf parcs et forêts sont également interdits d’accès. Rare signe annonciateur du dénouement à venir de cette crise, du moins dans la capitale tchèque l’annonce par le zoo de Prague de sa réouverture partielle au public dès mercredi. La météo participe également de l’optimisme pragois puisque les pluies se sont déplacées sur la Moravie.

Ústí nad Labem, photo: CTK
Malgré tout, le pire reste peut-être à venir pour d’autres localités du nord de la Bohême. Les eaux de la Vltava se déversent désormais dans l’Elbe, fleuve qui est monté de près de huit mètres dans des villes comme Ustí nad Labem ou Děčín et qui devrait croître encore. Le niveau de l’Elbe pourrait y atteindre 11, 50 mètres mercredi soir, soit seulement 40 centimètres de moins qu’en 2002. Sur les quelque 8 500 personnes évacuées depuis le début des inondations, 5 400 sont originaires de la région d’Ustí nad Labem. Oldřích Bubeníček en est le préfet communiste. A la Radio tchèque, il évoque sa nuit de lundi à mardi :

Mlékojedy, photo: CTK
« Dans la nuit, la situation était dramatique à Mlékojedy, près de Litoměřice, car le maire a découvert tout à coup qu’un entrepreneur logeait illégalement près de cinquante personnes dont trente enfants. Au dernier moment, les policiers ont pu les sauver en allant les chercher avec des barques. Ce soi-disant entrepreneur les avait laissés à la merci des eaux. Il ne leur est rien arrivé. Notre état-major de crise, avec l’armée, a permis de leur trouver un logement et le maire leur a fourni des vêtements et de la nourriture. »

La principale menace pèse donc désormais sur le nord de la Bohême, où de nombreux foyers sont privés d’eau courante et d’électricité. C’est ce qu’a confirmé le Premier ministre Petr Nečas lors d’un point presse organisé à la mi-journée dans la commune de Železnice, au nord de Prague :

Petr Nečas, photo: CTK
« Nous consacrons une grande attention au fait que le niveau de l’eau a atteint son maximum à Prague et que le problème se porte désormais sur l’Elbe et la Vltava en aval de Prague. En accord avec le ministre de l’Agriculture, nous avons décidé de baisser le débit du système hydraulique constitué de plusieurs barrages sur la Vltava et appelé ‘les cascades de la Vltava’. Il s’agit de protéger les villes et villages situés après ce système. Ces ‘cascades de la Vltava’ peuvent influencer partiellement le débit de ces cours d’eau et peuvent contenir des débits trop importants afin que des villes du type de Prague, Ustí nad Labem ou bien Děčín puissent s’y préparer. »

Photo: CTK
La gestion de ce système de barrages est critiquée et les eaux qu’il retient actuellement sont condamnées à venir grossir le cours de l’Elbe. Petr Nečas a par ailleurs évoqué les efforts financiers qui seront mis en œuvre pour réparer les dégâts et indemniser les sinistrés de cette catastrophe naturelle. L’Etat devrait notamment dégager 5,3 milliards de couronnes pour les reconstructions et réparations. Mardi en début d’après-midi, alors que les évacuations se poursuivaient en Bohême du Nord, un sauveteur aurait retrouvé le corps d’un homme sans vie, probablement la huitième victime à ce jour de ces inondations dramatiques.

1234 - Infoligne inondations