Jan Svankmajer a reçu le prix du meilleur film tchèque de l'année 2001

Stella Zazvorkova (Photo: CTK)

Samedi dernier, l'Académie tchèque du cinéma a distribué, pour la neuvième fois, ses prix, les Lions tchèques, destinés aux meilleurs films et aux meilleurs acteurs de l'année 2001. Magdalena Segertova présente les lauréats.

Stella Zazvorkova (Photo: CTK)
Commençons par une brève statistique : l'année dernière, seize nouveaux films tchèques sont sortis dans les salles. Parmi eux, sept ont été sélectionnés pour les Lions tchèques. Les favoris de la soirée, deux longs métrages de deux jeunes réalisateurs, Le Monde en bleu foncé, de Jan Sverak, et l'Eté de la Saint-Martin, de Vladimir Michalek, ont remporté le plus de prix : quatre statuettes de lion en cristal pour chacun. L'Eté de la Saint-Martin est une histoire souriante de trois retraités qui apprennent à vivre, chacun à sa façon, la vieillesse. Les trois protagonistes, considérés, aujourd'hui, comme des légendes du cinéma tchèque : Stella Zazvorkova, Vlastimil Brodsky et Stanislav Zindulka ont reçu les prix de l'interprétation.

Jan Sverak (au milieu), sa femme Eva et Ondrej Vetchy (Photo: CTK)
Jan Sverak, le réalisateur du Monde en bleu foncé a été, ce soir-là, mal dans sa peau. Certes, son film sur les combats et les amours des pilotes tchèques, pendant la Seconde Guerre mondiale, a obtenu une foison de prix : ceux de la réalisation, musique, caméra et montage, et, en plus, le prix de la critique et des spectateurs. Mais... la récompense la plus prestigieuse, la plus convoitée, celle du meilleur film, lui a échappé. Tout comme, d'ailleurs, la nomination aux Oscars...

Jan Svankmajer et sa femme Eva (Photo: CTK)
La salle de la Lucerna a été étonnée d'entendre le titre du meilleur film tchèque de l'année 2001 : Otesanek, comédie noire inspirée d'une histoire pour enfants, du célèbre animateur tchèque, Jan Svankmajer. Evidemment, car les films originaux de Jan Svankmajer et de sa femme Eva, où la réalité et l'imaginaire se côtoient, ont été, jusqu'à présent, plus appréciés à l'étranger qu'en République tchèque. Les époux Svankmajer ont donc été assez surpris, en tenant le Lion entre leurs mains, mais ceci ne les a pas empêché de garder leur humour spécifique. "Le meilleur film devrait recevoir soit tous les prix, soit aucun. De toute façon, cette cérémonie n'a pas tellement de sens, car on devrait récompenser les films, au moins cent ans après leur création, quand le temps a déjà prouvé leur qualité", a dit Jan Svankmajer, devant la salle bondée de la Lucerna. Quant à son Otesanek, de nombreux journalistes se demandent, dans les rubriques culturelles des quotidiens tchèques, pourquoi ce film d'une originalité incontestable, moitié joué, moitié animé, n'a-t-il pas été sélectionné par l'Académie tchèque du cinéma pour les Oscars, à la place du Monde en bleu foncé, terriblement ressemblant à Pearl Harbor...

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture