Jean-Sebastien Bach et les Tchèques

r_2100x1400_radio_praha.png

250 ans se sont écoulés depuis la mort de Jean-Sébastien Bach. Dans de nombreux pays on évoque à cette occasion ce géant de la musique baroque. En République tchèque, cependant, cet anniversaire important ne semble pas susciter un grand intérêt. Vaclav Richter.

A Prague on ne donnera aucun concert spécial consacré à cet anniversaire. Pourtant, la musique de Bach est connue, aimée et jouée en République tchèque. Dans le passé, plusieurs grands musiciens tchèques s'adonnaient sérieusement à l'interprétation de cette musique et certains ont acquis une belle renommée internationale. Tel est le cas de Zuzana Ruzickova ayant enregistré pour la firme Erato toutes les compositions de Bach pour clavecin ou bien de l'ensemble Ars rediviva de Milan Munclinger dont l'interprétation des Concertos brandebourgeois est préférée par certains discophiles aux enregistrements modernes. Même aujourd'hui, les interprètes de la musique du maître de Leipzig ne manquent pas en République tchèque. La maison Supraphon a lancé cette année une réédition des Suites pour violoncelle interprétées par Jiri Barta et, aussi, l'intégrale des sonates pour violon et clavecin dans l'interprétation de Gabriela Demeterova et Giedré Luksaité-Mrazkova et l'Art de la fugue interprété par l'organiste Jaroslav Tuma. La station Vltava de la radio publique tchèque a réservé au compositeur toute la journée de vendredi, avec au programme, entre autres, les Concertos brandebourgeois dans l'interprétation de l'ensemble Musica Antiqua Köln, la musique des fils du compositeur et aussi les cantates de Bach chantées par la mezzo-soprano tchèque, Magdalena Kozena. Le grand Jean-Sébastien sera au programme également du festival de l'orgue qui aura lieu à Prague du 3 août au 21 septembre. Le maître de Leipzig n'est pas donc oublié en Tchéquie, mais par rapport à l'Allemagne sa présence dans la vie culturelle tchèque se fait plutôt discrète. "Au 20ème siècle, Bach est devenu un phénomène tellement essentiel et important qu'il remplit des salles de tous les continents et est compréhensible à des civilisations qu'il n'aurait même pas su imaginer," déclare la claveciniste Zuzana Ruzickova. Selon cette musicienne qui a consacré à la musique de Bach une grande partie de sa vie, c'est justement cette musique qui est le vecteur de la véritable mondialisation. Rappelons l'anniversaire de Jean-Sébastien Bach par une de ses cantates interprétées par Magdalena Kozena et l'ensemble Musica florea. L'enregistrement de ces cantates, qui figure dans le catalogue de la firme Deutsche Gramophon, est un des plus grands succès de l'art d'interprétation tchèque de ces dernières années. Il s'impose, aussi, sur le marché français.