Jiri Cunek : un nouveau faux-pas à propos des Roms

Jiri Cunek, photo: CTK

Le président des chrétiens-démocrates, Jiri Cunek, vient à nouveau de scandaliser l’opinion publique et surtout les activistes et organisations rom. A la conférence de son parti, la semaine dernière, il a déclaré que la culture traditionnelle des Roms était la cause de leur intégration insuffisante dans la société. Les réactions ne se sont pas faites attendre.

Jiri Cunek, photo: CTK
Vraiment, le président des chrétiens-démocrates ne cesse de faire parler de lui. La polémique autour de son éventuel retour au sein du gouvernement n’en finit plus et on avait presque oublié la première affaire de l’ancien maire de Vsetin, ancien vice-premier ministre : le déménagement forcé de familles rom. Il semble que Jiri Cunek s’intéresse énormément à la question des Roms. A la conférence du Parti chrétien-démocrate/Parti populaire, il a déclaré que la culture traditionnelle rom était contraire à la Charte des droits fondamentaux et des libertés. D’après lui, pour résoudre les problèmes sociaux des Roms, il est indispensable de démanteler les ghettos rom traditionnels qui ne font qu’approfondir les différences sociales entre les Roms et le reste de la population. Comment financer une telle opération ? Réponse de Jiri Cunek :

« Je déclare ici que la responsabilité incombe, en premier lieu, à l’Etat et non pas à la communauté locale. Celle-ci ne peut rester isolée et résoudre ce problème avec son propre budget. Les moyens financiers devraient être fournis par l’Etat et les fonds européens. »

Vojtech Lavicka
Une initiative louable, certes, mais qui ne peut faire oublier les idées de Jiri Cunek sur la culture rom, comme le rappelle Vojtech Lavicka, coordinateur de l’association Romea, qui considère ces déclarations comme scandaleuses et insensées. Il ajoute :

« Par cette déclaration, Monsieur Cunek a confirmé qu’il était totalement incompétent en ce qui concerne cette problématique. En effet, les problèmes découlent de l’affaiblissement du rôle de la famille, de la destruction de la famille rom traditionnelle. La réalité est absolument contraire à ce qu’il dit, car si la famille rom était forte, comme cela était encore le cas avant la guerre, ces problèmes ne seraient pas aussi importants. »

Scandale aussi autour des idées présentées par Jiri Cunek. Il aurait repris des passages de l’essai « L’économie de l’exclusion sociale », publié par Jakub Steiner qui donne actuellement des conférences à l’université d’Edimbourg, et qui, en 2004, a travaillé pour l’association « Clovek v tisni » (L’homme en détresse). D’après lui, Jiri Cunek aurait utilisé ce qui lui convenait pour critiquer les Roms et influencer les électeurs. Le porte-parole des chrétiens-démocrates a reconnu les faits en affirmant que l’erreur avait été de ne pas citer l’auteur. Une manière de s’excuser qui serait loin de satisfaire tout auteur victime du plagiat de son œuvre !