Journées du patrimoine européen

r_2100x1400_radio_praha.png

Ce week-end est sous le signe des Journées du patrimoine européen. Le thème est donc donné d'avance: j'aimerais vous parler du programme de ces Journées, des monuments ouverts au public à cette occasion, des curiosités et d'autres choses qui, j'espère, pourraient vous intéresser.

Il y a de cela dix ans, en 1991, la République tchèque s'est ralliée à 47 pays de la Convention culturelle européenne organisant, tous les ans, les Journées du patrimoine européen sous le patronage du Conseil de l'Europe. Cette année, les Journées du patrimoine européen se tiennent les 8 et 9 septembre et un nombre impressionnant de 692 monuments historiques y participent. La République tchèque a adopté comme thème national : L'Europe - l'héritage commun. En plus de cela, il y a deux thèmes nationaux: le premier consacré au baroque tchèque, qui se propose de présenter la richesse exceptionnelle de monuments baroques sur notre territoire et de montrer que le baroque a énormément touché l'héritage culturel tchèque. Le deuxième thème est assez spécial et tout à fait inhabituel. Il s'agit d'une rencontre de sapeurs pompiers volontaires de toute la République tchèque et de la présentation de leurs moyens techniques historiques, sous le nom - la protection de l'homme et des sites contre l'incendie au fil des siècles. La manifestation s'est déroulée dans la ville de Litomerice, en Bohême centrale. Or, les monuments techniques historiques des sapeurs pompiers ont été rendus accessibles au public dans 24 endroits de la République tchèque.

Mais il convient de dire que l'inauguration nationale des Journées du patrimoine européen a eu lieu déjà le 1er septembre à Olomouc, en Moravie du nord, et a été liée à deux activités importantes: premièrement, l'inscription de la colonne baroque de la Sainte-Trinité d'Olomouc sur la liste de l'UNESCO. Parmi les colonnes mariales et les colonnes de peste, la colonne de la Sainte-Trinité d'Olomouc représente le monument le plus important du baroque tardif. Le deuxième événement s'inscrivant dans le cadre de l'inauguration des Journées du patrimoine européen a été la remise du prix d'Etat du lauréat de la tradition des métiers populaires. Ce prix, décerné pour la première fois cette année, s'appuie sur le document de l'UNESCO "Les trésors populaires vivants". Son sens est de récompenser des artisans, des créateurs et des artistes populaires respectant, dans leur création, des matériaux et des procédés traditionnels, contribuant ainsi à sauvegarder l'héritage culturel dans le domaine des métiers traditionnels.

Les Journées du patrimoine sont une occasion d'ouvrir au public des monuments normalement inaccessibles. Cette année donc, les visiteurs ont pu se rendre dans la sacristie de l'église Saint-Nicolas, dans le quartier pragois de Mala Strana, pour y admirer un précieux mobilier baroque. A la gare centrale, on a ouvert le salon du premier président tchécoslovaque, Tomas Garrigue Masaryk. L'hôpital Na Frantisku, dans le 1er arrondissement, a ouvert ses locaux au public, y compris une ancienne pharmacie. Toute une série de manifestations marquantes ont eu lieu au musée Naprstek, qui se trouve à la maison U Halanku, dans la Vieille-Ville pragoise. Le musée Naprstek a permis une visite des intérieurs historiques de la bibliothèque de son fondateur, Vojta Naprstek. Puisque 175 ans se sont écoulés depuis sa naissance, une exposition consacrée à ce mécène et explorateur vient de commencer dans ce musée. Une plaque commémorative, dédiée par le Club de touristes tchèques dont Vojta Naprstek était le premier président, vient également d'être inaugurée à cette occasion. Vojta Naprstek /1826 - 1894/, patriote très attachée à la cause tchèque, a été disciple de Josef Jungmann, un des principaux "éveilleurs" du début du 19e siècle et auteur du premier manuel de littérature tchèque. Après avoir participé à la révolution de 1848, Naprstek s'est exilé aux Etats-Unis. De retour à Prague, en 1858, il a rapporté une quantité de souvenirs dont ses premiers objets ethnographiques et technologiques. Il a fini, en 1863, par monter un véritable musée industriel. Ses collections ont été plus tard intégrées au fonds du Musée technique national. Au-delà de ce goût pour la technologie - Naprstek a par ex. présenté comme premier aux Pragoises la machine à coudre, il s'est aussi beaucoup engagé en faveur du droit de vote des femmes et pour leur droit au travail. La dernière passion de Naprstek, l'ethnologie, est illustrée dans ce musée de la maison U Halanku. Différents amis explorateurs - Holub, Fric, lui ont offert des collections d'objets qui constituent le fonds de l'actuel musée ethnographique: masques de Nouvelle-Guinée, tambours, armes, parures, pièces rapportées d'Afrique et des pays d'Orient.

Arrêtons-nous encore dans la ville de Bohême du nord, Usti nad Labem, qui s'est ralliée pour la sixième fois aux Journées du patrimoine européen, en ouvrant au public 15 monuments intéressants et exceptionnels autrement fermés. Parmi eux, l'église de l'Assomption de la Sainte Vierge, datant du 13e siècle, qui est connue notamment par sa tour penchée. Elle s'est écartée de 2 mètres de son axe lors des bombardements de la ville par des alliés en avril 1945. Seulement en 1994, on a terminé la reconstruction de cette église. A Usti nad Labem, les intéressés ont pu visiter le Théâtre municipal dans le style "art nouveau" du début du 20e siècle. A en croire une série d'artistes et d'hommes de théâtre, ce théâtre fait partie des plus beaux non seulement en République tchèque, mais aussi en Europe. Les amateurs des monuments techniques n'ont pas manqué de visiter l'écluse au-dessous du château de Strekov. Cet ouvrage hydraulique avait barré les eaux du fleuve Labe - l'Elbe il y a plus de 60 ans. Depuis 1994, l'écluse est monument classé protégé par l'Etat.

Que dire à la fin. Depuis 1991, les Journées du patrimoine européen sont devenues une importante activité aussi pour l'industrie du tourisme. Une preuve en est que le ministère de l'Aménagement du territoire, ensemble avec le ministère de la Culture s'y présente comme principal garant et organisateur des centaines de manifestations d'accompagnement, telles que visites guidées spéciales, concerts, expositions, etc. A noter aussi que les Journées du patrimoine ouvrent, à titre gratuit, les portes de toute sorte de monuments, y compris des monuments privés, ou ceux qu'on ne peut pas visiter en touriste - les mairies, les tribunaux, mais surtout ceux qui ne sont pas, normalement, accessibles au public.