La découverte de l'enregistrement d'un procès avec un « koulak »

Un témoignage, pour l'instant l'unique du genre, sur le procès d'un paysan riche dans les années 1950 vient d'être retrouvé dans les archives de la Radio tchèque de Plzen.

Il s'agit de 130 minutes d'enregistrements sonores du procès intenté le 25 août 1954 contre Josef Pazout, propriétaire de 21 hectares de terres dans le village de Bystrice au nord de la Bohême. Ce « koulak », comme le régime appelait les paysans riches, a été arrêté pour avoir trouvé, dans son champ, des tracts critiquant le régime communiste que la station radiophonique Europe libre distribuait depuis des montgolfières pendant la nuit. Le procureur l'a qualifié d'activité dirigée contre l'Etat et condamné Josef Pazout à 9 mois de prison et ordonné la confiscation de ses terres...

Il faut remercier le journaliste de la Radio tchèque Marek Janac pour la découverte du document. Lorsqu'il a cherché les bandes du procès de Milada Horakova, il a invité les auditeurs à apporter une aide. C'est ainsi qu'on a découvert dans les archives du studio Plzen les bandes magnétiques comprenant 130 minutes d'enregistrement du procès du paysan. C'est beaucoup plus que ce qui a été retrouvé du procès de Milada Horakova, dit Marek Janac:

« Pour moi la plus grande révélation était une petite carte qui s'est glissée dans la bande et où il est écrit : le témoin est appelé à ne pas intervenir lors de l'interrogatoire, cela trouble l'enregistrement. Cette carte prouve que le procès de Bystrice de 1954 était conçu comme une propagande. »

Pour l'historien Petr Blazek de l'Académie tchèque des sciences, sa valeur réside dans le fait qu'il jette plus de lumière sur la tragique collectivisation de la campagne et l'arbitraire du régime communiste dans les années 1950:

« C'est le seul enregistrement d'un des milliers procès contre les dits koulaks - les riches paysans. Il montre la façon dont ils étaient liquidés. A ceux qui n'ont pas vécu le communisme, il permet de se faire une idée sur l'atmosphère des années 1950. Celle-ci est la mieux illustrée par la personne du procureur Lev Bloch qui a occupé le poste de procureur après 9 mois d'études dans une école préparatoire pour ouvriers. Son comportement montre le niveau misérable de la justice de l'époque. »

Le document sur le procès de Josef Pazout a été diffusé pour la première fois ce jeudi, sur les ondes de la station Radiojournal.