La loi sur les Eglises

r_2100x1400_radio_praha.png

Le cardinal Miloslav Vlk, primat de l'Eglise catholique tchèque, a protesté publiquement contre le projet de loi sur les Eglises et les associations religieuses approuvé, déjà, par la Chambre des députés. Vaclav Richter.

L'Eglise reproche à la nouvelle loi de la pousser en dehors de la vie publique. Les Eglises n'auraient pas, désormais, la possibilité de créer librement les sociétés caritatives et les diaconies. Après l'entrée en vigueur de la nouvelle loi, les Eglises ne pourraient pas fonder de tels organismes sans demander une autorisation et un enregistrement comme toute personne morale. "Comment un tribunal pourrait procéder dans un litige concernant une organisation caritative, qui se présente jusqu'à présent comme une personne morale, mais en réalité ne l'est pas," demande la directrice du département des Eglises du ministère de la Culture, Jana Repova. Les dignitaires de l'Eglise n'acceptent pas un tel argument, tout en soulignant que la création des organismes caritatifs a une tradition de plusieurs siècles. Ils accusent le gouvernement d'avoir abusé de leur confiance en affirmant que les compétences des Eglises, dans le domaine de création des organisations caritatives, ne seront pas limitées par la nouvelle loi. Selon l'archevêque d'Olomouc, Jan Graubner, il s'agit d'une limitation de la liberté religieuse. Le cardinal Miloslav Vlk va encore plus loin. "C'est un effort de faire de nous une espèce d'association de jardiniers qui ne s'occupe que de ses propres membres," dit-il. Ces arguments ont trouvé un terrain fertile au Sénat qui a opposé un veto à l'amendement en question. Néanmoins, la Chambre des députés a approuvé, quand même, le projet et l'a soumis au Président de la République. Ce dernier a renvoyé l'amendement à la Chambre en le qualifiant d'incompatible avec la Charte des libertés et des droits fondamentaux. Le projet sera soumis à la Chambre, de nouveau, probablement au début de l'année prochaine. S'il passe, les Eglises demanderont à la Cour constitutionnelle de trancher.