La première patiente en République tchèque avec un cœur et un poumon greffés

Lea Mecirova et Jan Pirk, photo: CTK

La première patiente en République tchèque qui a subi la greffe simultanée du cœur et du poumon a pu quitter, vendredi, la clinique de l’Institut de médecine clinique et expérimentale, IKEM, qui avait pratiqué, le 22 novembre dernier, la greffe des deux organes.

Lea Mecirova et Jan Pirk, photo: CTK
Le nom de Lea Mecirova, la femme de 49 ans de Jilemnice, s’inscrira à jamais dans les cours de médecine tchèques: elle est la première patiente à laquelle on a greffé le cœur et le poumon au cours d’une seule intervention. Elle a quitté la clinique dans un très bon état de santé, souriante et pleine d’attentes optimistes :

« Je me sens vraiment très bien, pour vous rapprocher mes sentiments, voici un exemple : c’est comme si j’avais oublié quelque part un wagon de sable… »

Souffrant d’une malformation congénitale du cœur qui, par conséquent, a gravement endommagé le poumon, la femme avait des difficultés de respiration énorme. Chaque pas lui coûtait un très grand effort, et les médecins ne lui donnaient que quelques mois de vie. Depuis un an, elle était hospitalisée à l’Institut de médecine clinique et expérimentale qui effectue depuis 1983 des greffes du cœur. La greffe simultanée du cœur et du poumon a été une première et, avant de l’effectuer, l’équipe de chirurgiens cardiologues est allée consulter des collègues à Vienne. L’exigence de l’intervention réside notamment dans le fait que les deux organes sont greffés dans le même temps et qu’ils proviennent d’un seul et même donneur. Jan Pirk, chef du centre de cardiologie d’IKEM, l’explique:

« Le nombre de donneurs est bien entendu très restreint, les organes greffés doivent correspondre non seulement par leurs paramètres biologiques mais aussi par leurs dimensions, le poumon doit correspondre à la grandeur du thorax. »

Photo: CTK
Cela explique aussi la durée d’attente qui a précédé cette intervention tout à fait unique et la toute première dans le pays. Josef Kautzner, chef de cardiologie d’IKEM :

« Cela a pris un an, avant que la greffe n’ait pu être réalisée, avant qu’on ait trouvé un donneur convenable. »

La patiente pourra à nouveau mener une vie normale. L’humour ne lui a pas manqué au moment où elle s’est présentée devant les journalistes, avec un cœur et un poumon dessinés sur un tee-shirt, pour qu’on voie, comme elle l’a dit, ce qu’elle a à l’intérieur… Elle se réjouit à l’idée de rentrer chez elle et aussi :

« De pouvoir faire des promenades à vélo ce qui était impensable, auparavant, et de faire de longues balades avec le chien… »

Elle rêve aussi d’aller faire elle-même ses achats, ce que les médecins lui ont déconseillé, vu la période des grippes et le risque d’infection qui pourrait être fatale pour son poumon greffé. La transplantation simultanée du cœur et du poumon est une intervention rare également à l’échelle mondiale : près de 80 patients la subissent, annuellement. Après leur première, les médecins d’IKEM comptent en réaliser deux ou trois par an en République tchèque.