La réforme de l'administration continue

r_2100x1400_radio_praha.png

La Chambre des députés vient de donner le feu vert au projet de loi présenté par le ministre de l'Intérieur, Stanislav Gross, un projet qui, à compter du 1er janvier 2003, devrait amorcer la seconde étape de la décentralisation.

La Chambre des députés vient de donner le feu vert au projet de loi présenté par le ministre de l'Intérieur, Stanislav Gross, un projet qui, à compter du 1er janvier 2003, devrait amorcer la seconde étape de la décentralisation. En quoi consiste ce projet de loi ? Le plus important est qu'il abolit l'administration départementale, une autorité qui existait depuis 42 ans. La plus grande partie des compétences de cette dernière sera déléguée à 194 municipalités, le reste aux autorités régionales. L'Etat ne conservera que le minimum. De quelles compétences s'agit-il ? Par exemple, ce seront les mairies des municipalités choisies qui délivreront les cartes d'identité, les passeports, les permis de conduire, les patentes, les permis de construire. Elles auront aussi à charge certains services de la sécurité sociale. Selon le ministre de l'Intérieur, ainsi donc, les citoyens disposeront d'une administration de proximité. La décentralisation devrait toucher tous les domaines, la culture aussi par exemple : administration des musées, des galeries etc. En ce qui concerne la Santé, la majorité des établissements devrait être administrée par les autorités régionales. L'Etat ne répondrait plus que du service de l'hygiène, sur le plan national. Le projet de loi doit encore être adopté par le Sénat et paraphé par le président de la République. Ajoutons qu'il est mal vu par une partie de l'opposition, aussi bien de droite que de gauche. On lui reproche une facture trop élevée.