La République tchèque pourrait perdre 105 milliards de couronnes de fonds européens

Photo: Barbora Kmentová

La République tchèque pourrait perdre jusqu’à 105 milliards de couronnes pour des projets financés par les fonds européens. En dépit des efforts réalisés, la République tchèque est à la traîne, loin derrière les autres pays de l’UE, dans la gestion des fonds européens. Un rapport de l’UE pour 2015, publié par l’Organe de contrôle supérieur (NKU) fait état de ce problème. L’an dernier encore, ce dernier estimait que la République tchèque ne parviendrait pas à utiliser 65 milliards de couronnes.

Photo: Barbora Kmentová
Cette somme se rapporte à l’ensemble de la période établie pour l’utilisation de ces fonds. « Notre gouvernement peut en partie faire quelque chose en ce qui concerne les fonds non-utilisés l’an passé et la somme de cette année. Nous y sommes attentifs et notre objectifs est que ce pronostic pessimiste ne se confirme pas, » a réagi le Premier ministre Bohuslav Sobotka. Selon lui, les retards dans l’utilisation des fonds sont en partie dus aux gouvernements précédents.

En 2013, la République tchèque n’a ainsi pas utilisé 11,4 milliards de couronnes et cette année 8,5 milliards. Le ministre de l’Industrie et du Commerce, Jan Mladek, a précisé que dans le cadre du programme Entreprenariat et innovation, géré par son ministère, les fonds devraient être utilisés en entier.

L’Organe de contrôle supérieur a relevé que cette année, la République tchèque devait utiliser environ 215 milliards de couronnes, soit 30% de la somme qu’elle a sa disposition dans le cadre du programme de fonds européens sur sept ans.

« Le scénario le plus pessimiste estime que 85,1 milliards de couronnes pourraient ne pas être utilisés cette année, ce qui signifierait un total de 105 milliards pour les années allant de 2013 à 2015, »écrit le NKU dans son rapport annuel.

Selon ce dernier, la République tchèque est confrontée à ce problème depuis le début du programme. Parmi les raisons évoquées, le retard pris dans le lancement de la procédure d’utilisation des fonds, des procédures longues, des changements fréquents de méthodologie. Des soupçons de corruption ont également plané sur certains programmes, incitant la Commission européenne à intervenir et à stopper l’envoi des fonds.

Le président de l’Organe suprême de contrôle précise toutefois que tout n’est pas si noir en lien avec ces fonds européens. Ceux-ci ont en effet servi à créer 134 000 emplois, à la construction ou la reconstruction d’environ 3000 km de routes et voies ferrées, ou à la réhabilitation de 42 000 appartements.