La Russie subcarpathique et les écrivains tchèques

r_2100x1400_radio_praha.png

Voyage dans les confins - tel a été le titre d'un colloque organisé au mois de février par le groupe de recherches centre-européennes de l'Université de Paris IV Sorbonne. Les organisateurs du colloque se proposaient d'évoquer le mythe des confins dans la culture centre-européenne de 1880 aux années 1930.

Voyage dans les confins - tel a été le titre d'un colloque organisé au mois de février par le groupe de recherches centre-européennes de l'Université de Paris IV Sorbonne. Les organisateurs du colloque se proposaient d'évoquer le mythe des confins dans la culture centre-européenne de 1880 aux années 1930. La littérature tchèque a été représentée à ce colloque par une conférence intitulée Echos des voyages en Russie subcaparthique chez les écrivains tchèques Ivan Olbracht, Karel Capek et Jaroslav Durych. En effet, la Russie subcarpathique, région qui faisait partie de la Tchécoslovaquie dans l'entre-deux-guerres, apparaît dans les oeuvres d'Ivan Olbracht, écrivain de gauche, ayant vécu entre les années 1882 et 1952, mais aussi dans des écrits de Karel Capek, qui était sans doute l'homme de lettres tchèque le plus célèbre de la première moitié du 20ème siècle. Le sort de cette région n'était pas indifférent non plus à Jaroslav Durych, un écrivain inclassable, original et controversé qui a vécu entre les années 1886 et 1962. Je me suis entretenu sur la Russie subcarpathique et sur son impact sur la littérature tchèque avec Ales Pohorsky, directeur de l'Institut des études romanes de l'Université Charles à Prague qui avait représenté la République tchèque au colloque parisien.